Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

BP va supprimer 10.000 emplois dans le monde





Le 9 Juin 2020, par La rédaction

BP n'avait pas attendu la crise du coronavirus pour s'adapter à un marché du pétrole en profonde mutation. Mais la pandémie force le géant britannique à accélérer le tempo, ce qui se concrétise par une coupe claire dans les effectifs.


Vaste plan d'économies

Durant une conférence en ligne, le directeur général de BP, Bernard Looney, a dévoilé les grandes lignes du vaste plan d'économies que le groupe entend mettre en œuvre. L'entreprise va supprimer 10.000 emplois dans le monde, ce qui représente 15% de ses effectifs. Le nombre de hauts dirigeants ne va pas échapper à la coupe claire, puisqu'un tiers des postes (sur un total de 400) va également disparaître. Il s'agit pour le géant pétrolier de « gagner en performance », même si ce sont des décisions difficiles à prendre, a déploré le dirigeant. BP perd plusieurs millions de dollars par jour, soutient-il : les pertes enregistrées au premier trimestre sont abyssales, 4,4 milliards de dollars.

Il faut donc redresser la barre avec cette réduction des effectifs, mais cela passera aussi par un plan d'économies. Au mois d'avril, l'entreprise avait déjà annoncé son intention de réduire de 25% ses dépenses d'investissements. Un programme d'économies à hauteur de 2,5 milliards de dollars l'année prochaine va être musclé pour faire face aux difficultés de la crise économique.

Réduire la dépendance au pétrole

Les difficultés de BP remontent avant la crise du coronavirus. La baisse importante des cours du pétrole a eu un impact sévère sur les résultats (les cours sont dans un cycle haussier actuellement). C'est la raison pour laquelle, dès le mois de février, le groupe avait annoncé son intention de se restructurer, l'ambition étant de réduire la dépendance aux énergies fossiles.

Mais en attendant, le pétrole demeure le cœur de l'activité de BP. Malgré la remontée des cours du brut, la situation économique mondiale demeure très incertaine. La reprise des économies est encore lente et progressive, la consommation des industries et des pays est encore loin d'être revenue à son niveau d'avant la pandémie. Et puis les législations en faveur des énergies propres vont se multiplier pour tenter de réduire l'empreinte carbone issue de la consommation du pétrole.



Tags : BP

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook