Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Baisse de commandes de Boeing et d'Airbus chez Etihad Airlines





Le 7 Mai 2018, par

Boeing et Airbus pourraient souffrir de la revue stratégique en cours chez Etihad Airways. La compagnie aérienne a mis à plat sa stratégie après des investissements malheureux, ce qui va la contraindre à revoir la voilure de ses commandes auprès des deux avionneurs.


Etihad Airways a joué de malchance. En investissant dans Alitalia et Air Berlin, le groupe a misé sur les mauvais chevaux : les deux compagnies européennes sont en phase de démantèlement. Ce qui signifie une perte d'1,7 milliard d'euros pour Etihad, qui revoie donc sa stratégie. D'après Reuters, la compagnie du Golfe étudie actuellement les options à sa disposition pour environ 170 avions commandés pour la plupart en 2013, à une époque où Etihad voulait rivaliser frontalement contre Emirates et Qatar Airlines.

Sur ces 170 commandes, il y a 88 modèles d'Airbus et 78 avions Boeing, dont une partie importante de gros porteurs. Les livraisons de ces unités doivent débuter en 2018, et les contrats stipulaient que le groupe pouvait ventiler les avions commandés chez les compagnies aériennes partenaires de l'entreprise. Comme l'actualité l'a montré ces derniers mois, ces dernières sont en grande difficulté. Air Berlin a été placé en faillite, et Alitalia est placé sous la tutelle du gouvernement italien.

Ces deux canards boiteux ont plombé les comptes d'Etihad Airlines, qui cherche désormais les économies ailleurs, et Airbus tout comme Boeing pourraient en souffrir. Le groupe conserve néanmoins des participations dans Air Seychelles, Air Serbia, Virgin Australia et Jet Airways. Pour le moment, ces participations restent au portfolio d'Etihad.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Etihad

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook