Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Baisse des défaillances d'entreprises en trompe l'œil





Le 14 Janvier 2021, par La rédaction

L'économie française a limité le nombre de défaillances d'entreprises en novembre dernier. Mais il s'agit d'un bilan en trompe l'œil : les vraies difficultés devraient arriver dans les prochains mois.


Des défaillances qui reculent de 36 %

En novembre dernier, la Banque de France a compté 2.043 défaillances d'entreprises. Un chiffre en recul de 36,1 % par rapport à l'année précédente. Une situation étonnante de prime abord, alors que la France était en plein reconfinement ! Sur les trois derniers mois, le volume des défaillances baisse de près de 40 %. Ce recul sur un an s'observe d'ailleurs dans les secteurs, selon l'institution, « et pour la plupart des catégories d'entreprise, sans que cela puisse être analysé d'un point de vue économique ». La Banque de France le souligne explicitement : « Cette baisse n'indique pas une réduction du nombre d'entreprises en difficulté ».

Si les défaillances d'entreprises ont été beaucoup moins nombreuses que durant les mêmes périodes de 2019, ce n'est pas en raison d'un regain d'activité de l'économie, malheureusement. De nombreuses entreprises sont maintenues en respiration artificielle grâce aux mesures de soutien mises en place par le gouvernement tout au long de l'an dernier. Chômage partiel, fonds de solidarité, prêts garantis par l'État… Des dispositifs qui permettent de garder la tête hors de l'eau alors que les restrictions pour contrer les vagues de contamination se succèdent les unes après les autres.

Mesures de soutien

Par ailleurs, la Banque de France relève que la baisse enregistrée en novembre est aussi la conséquence du fonctionnement au ralenti des juridictions commerciales. Les évolutions réglementaires ont également suspendues les déclarations de cessations de paiement : « Ces dispositions temporaires ont potentiellement produit leurs effets jusqu'au 10 octobre 2020 compte tenu du délai légal de 45 jours pour la déclaration de l'état de cessation de paiements », explique l'institution.

La Banque de France le martèle : « le relativement faible nombre de défaillances tient aux mesures gouvernementales de soutien aux entreprises en difficulté qui apportent des aides de trésorerie ou permettent aux entreprises de réduire ou retarder le paiement de certaines charges, et donc le risque de faire défaut sur ces paiements ». La situation devrait évoluer dans les prochains mois, avec la levée progressive des dispositifs de soutien aux entreprises. On s'attend ainsi à de nombreuses faillites et à un chômage en forte hausse.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.













Rss
Twitter
Facebook