Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Banque de France : un mois de décembre difficile pour le PIB





Le 14 Janvier 2021, par François Lapierre

La sortie de reconfinement en décembre n'a pas aidé au rebond de l'économie française au dernier trimestre. La Banque de France estime que la contraction du PIB le mois dernier a été de -7 %.


Contraction de la croissance de 9 % en 2020

La situation économique de la France ne s'est pas améliorée au dernier trimestre 2020. Trois mois qui ont été marqués par un nouveau confinement en novembre. La Banque de France a calculé que la perte de produit intérieur brut s'établissait à 7 % en décembre par rapport au niveau d'avant crise. C'est moins élevé qu'en mai dernier, après un premier confinement beaucoup plus dur (la contraction du PIB avait alors été de 17 %). Mais cela n'aidera pas au rebond de la croissance en fin d'année dernière. « Notre estimation de la contraction du PIB au quatrième trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent est de -4%, ce qui laisse inchangée à -9% la baisse du PIB en moyenne annuelle pour 2020 », précise l'institution.

Le secteur des services a profité de la sortie de confinement en décembre, en particulier les services d'information, l'édition, les services à la personne, la réparation automobile et le commerce. Un net redressement a été constaté pour ces secteurs, voire un niveau d'activité qui dépasse celui d'avant la crise sanitaire. En revanche, plusieurs autres secteurs, dont la restauration et l'hébergement, demeurent toujours à des niveaux d'activité « extrêmement dégradés », souligne la Banque de France.

Des secteurs plongés dans les difficultés

Et cela ne devrait pas s'arranger puisque la réouverture des restaurants n'est pas prévue avant le mois de février, si la situation sur le front de l'épidémie le permet. Pour l'industrie, la situation a commencé à s'améliorer en décembre, en particulier dans les secteurs des produits informatiques, électroniques et optiques, ainsi que dans la chimie. Là encore, des pans entiers de l'économie restent en difficulté, notamment dans l'automobile et l'aéronautique. Pour ce qui concerne le bâtiment, on observe une stabilité dans l'activité proche du niveau d'avant crise.

Pour le mois de janvier, la Banque de France prévoit une stabilité de l'activité dans les secteurs de l'industrie, du bâtiment et des services. Selon l'institution, la contraction du PIB en janvier devrait s'établir à -7 % par rapport à un niveau d'avant crise. Et cela pourrait empirer si la crise sanitaire se poursuit. Un troisième confinement n'est pas à exclure pour réduire le nombre de cas de contamination…



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook