Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bayer : 62 milliards de dollars pour acheter Monsanto





Le 23 Mai 2016, par

Bayer a l’intention de s’offrir Monsanto : une opération d’une envergure peu commune qui aboutira à la création d’un géant mondial de l’agrochimie. Mais le groupe allemand va devoir rassurer les investisseurs avant de signer le gros chèque.


L’offre de Bayer est la suivante : 122$ pour chaque action Monsanto, ce qui représente une prime de 37% par rapport à la clôture du titre de l’entreprise américaine au 9 mai, à la veille de l’offre. Au total, la somme que devra verser Bayer est de 62 milliards de dollars (environ 55 milliards d’euros)… La société allemande, spécialisée dans la chimie-pharmacie, a dévoilé son plan de match ce lundi 23 mai.

Bien évidemment, Bayer dit sa « confiance » dans l’opération. Le groupe serait même prêt à mener une augmentation de capital pour financer cette transaction… malgré une forte dette qui handicape les capacités d’emprunts de l’entreprise. Et ce sera encore plus difficile si l’offre sur Monsanto devait augmenter, ce qui n’a rien d’improbable au vu de la hausse de son action depuis les premières rumeurs… et la baisse de celle du prétendant.

Plusieurs actionnaires importants de Bayer émettent d’ailleurs publiquement des doutes sur la viabilité de l’opération. De plus, il faudra à Bayer obtenir le feu vert des régulateurs européens et américains. Les marchés restent donc dans l’expectative, même si la perspective de créer un géant mondial de l’agrochimie dans un secteur qui ne cesse de se restructurer. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bayer

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

















Rss
Twitter
Facebook