Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bayer : l'après-glyphosate va lui coûter 5 milliards d'euros





Le 16 Juin 2019, par Marie-Eve Wilson-Jamin

L'entreprise allemande Bayer, confrontée à des procès liés au glyphosate aux Etats-Unis, s'est engagé vendredi 14 juin à investir 5 milliards d'euros pour développer de nouveaux herbicides et à réduire son impact environnemental de 30% d'ici 2030.


Bayer : une image ternie par les procès liés au Roundup de Monsanto

Pour redorer son image, Bayer va payer le prix fort : Bayer. Et pour cause, l'entreprise allemande d'agrochimie est confrontée depuis plusieurs mois à des procès liés au glyphosate aux Etats-Unis. Elle s'est engagée vendredi 14 juin à investir 5 milliards d'euros pour développer de nouveaux herbicides et à réduire son impact environnemental de 30% d'ici 2030. Le groupe de Leverkusen promet plus de « transparence », notamment à l'occasion du processus de renouvellement de la licence de son glyphosate dans l'Union européenne, dont le dossier doit être déposé avant fin 2019.

« Nous avons écouté. Nous avons appris », affirme Bayer sur son site internet pour lancer cette campagne de communication destinée à montrer un nouveau visage. Son image a été ternie par les conséquences du rachat l'an dernier du semencier américain Monsanto, fabricant du Roundup. Cet herbicide est accusé de provoquer des cancers. Dans ce communiqué, Bayer n'hésite pas à revenir sur sa « responsabilité renforcée et (son) potentiel unique pour faire progresser l'agriculture au bénéfice de la société et de la planète ». Bayer est sous le feu des critiques depuis l'acquisition de Monsanto pour 63 milliards de dollars (56 milliards d'euros).

5 milliards d'euros investis pour offrir aux agriculteurs d'autres options pour lutter contre les mauvaises herbes

Pour rappel, Dewayne Johnson a été le premier particulier atteint d'un cancer à défendre son cas dans un procès face à Monsanto, en juillet 2018. Atteint d'un lymphome non hodgkinien, cancer incurable, cet Américain accuse le géant agrochimique d'être responsable de sa maladie. Âgé de 46 ans, cet homme n'aurait jamais cru être encore vivant pour son procès. Il a pulvérisé le pesticide 20 à 30 fois par an lorsqu'il travaillait comme responsable antiparasitaire pour un établissement scolaire. Et sa maladie a été diagnostiquée il y a quatre ans. La firme américaine Monsanto avait été condamnée à verser 289 millions de dollars (plus de 250 millions d'euros), mais la peine a été réduit et le jardinier Dewayne Johnson au final a accepté des dommages et intérêts à 78,5 millions de dollars.

Pour autant, le glyphosate continuera toutefois « de jouer un rôle important dans l'agriculture et la gamme de produits de Bayer », même si la frime allemande souhaite pouvoir offrir aux agriculteurs davantage d'options pour lutter contre les mauvaises herbes. Dans ce cadre, les 5 milliards d'euros qui seront investis lors des dix prochaines années ne représentent pas de nouveaux fonds, précise Tino Andresen, porte-parole du groupe. Ils font partie de l'actuel budget annuel de 2,5 milliards d'euros de Bayer pour la recherche et le développement dans les phytosanitaires.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"




Les entretiens du JDE

Madelin ou domino ?

L’esprit guerrier des soignants nous sauvera,

Pourrons-nous compter sur les banques ?

#Polanski : l’humiliation de Polanski dessert les femmes !

L’immédiateté et la viralité de l’information ont provoqué des changements radicaux dans nos comportements

Pourquoi l’éco sera pire que le franc CFA.

Alexis Duval, Tereos : « l’avenir de l’industrie sucrière européenne passe par une stratégie internationale »

Nous avons souhaité créer un magazine africain réellement indépendant












Rss
Twitter
Facebook