Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bill Gates pèse 0,5% du PIB américain





Le 24 Août 2016, par

Bill Gates, le fondateur de Microsoft, est riche. Immensément riche. À tel point qu’il pèse de tout son poids dans le PIB des États-Unis.


L’homme le plus riche du monde l’est encore un peu plus depuis que l’action de Microsoft prend du galon en Bourse. Depuis ces douze derniers mois, l’action du groupe informatique a gagné 34%, grâce notamment à la vision de son CEO, Satya Nadella, et à son management. 

Cette progression du capital de Microsoft provoque mécaniquement celle de Bill Gates, dont la fortune personnelle a dépassé les 90 milliards de dollars. Depuis le début de l’année, celle-ci a augmenté de 6,2 milliards… D’après les calculs des Echos, cela représente… 0,5% du PIB américain ! Il continue sa course en tête, loin devant Amancio Ortega, le créateur de Zara (76,5 milliards), Warren Buffett (66,9 milliards) ou encore Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon (66,1 milliards).

Bill Gates, devenu philanthrope depuis son départ du poste de PDG de Microsoft en 2000, reste toutefois très attaché à son entreprise : avec le conseil d’administration de la société, il préside toujours aux grandes orientations de l’éditeur de Windows. Gates a aussi investi dans plusieurs entreprises innovantes, comme Ecolab, un spécialiste de l’eau et de l’énergie.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : microsoft

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook