Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Boeing : un déficit net de 87 avions en 2019





Le 14 Janvier 2020, par François Lapierre

Boeing subit de plein fouet la crise du 737 MAX. Le constructeur américain a fait son bilan annuel et comme les observateurs s'y attendaient, il n'est pas bon.


Bilan annuel dans le rouge

Boeing a essuyé un déficit de 87 appareils nets en 2019 : l'avionneur américain a tout simplement enregistré plus d'annulations de commandes que d'ordres d'achat, un chiffre qui comprend les conversions de commandes de 737 MAX pour lesquels les compagnies aériennes ont choisi un autre modèle. Ce solde négatif est une première en plusieurs décennies, et c'est la conséquence très directe de la crise du 737 MAX, qui est cloué au sol depuis dix mois en raison de deux accidents aériens au lourd bilan humain. Depuis, Boeing tente un nouveau feu vert des autorités de régulation du transport aérien, sans y parvenir.

Boeing a dû réduire la production du 737 MAX, avant de la suspendre au mois de janvier. L'avion est la vedette du catalogue de l'entreprise, il représente en effet plus de 80% de son carnet de commandes. Cette crise coûte très cher au groupe, qui a déjà dépensé plus de 9 milliards de dollars pour compenser les compagnies aériennes et développer de nouveaux logiciels pour sécuriser le 737 MAX.

Des livraisons d'appareils en berne

Le bilan pour 2019 montre également une baisse très sensible des livraisons d'appareils : le constructeur a livré 380 unités l'an dernier, soit 53% de moins qu'en 2018. Boeing est largement dépassé par Airbus qui a atteint un total de 863 avions (+8%), un plus haut dans l'industrie. Et encore, l'avionneur européen aurait pu faire encore mieux sans des problèmes de production liés à l'A321 ACF, plus complexe à assembler.

En fin d'année, Boeing a limogé son directeur général Dennis Muilenburg, pour le remplacer par David Calhoun à qui il revient la lourde tâche de redresser la barre en décrochant l'aval de la FAA, l'agence américaine de régulation aérienne. Cela risque de prendre du temps, comme de renouer la confiance avec les clients et les voyageurs.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook