Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Boeing : une charge comptable de 5,6 milliards de dollars pour les 737 MAX immobilisés





Le 19 Juillet 2019, par François Lapierre

Les 737 MAX cloués au sol représentent un manque à gagner important pour Boeing qui a estimé les coûts de cette mauvaise passe pour son avion vedette.


Depuis le mois de mars, et faisant suite à deux crashs tragiques au lourd bilan humain, Boeing et les compagnies aériennes se sont vues interdire par les autorités en charge de la sécurité aérienne de faire voler des 737 MAX. Le temps que le constructeur mette au point une mise à jour pour sécuriser le logiciel de son avion, qui doit ensuite être validée par les régulateurs partout dans le monde. Boeing, qui a réduit la production du 737 MAX en avril, a calculé les coûts que représentent cette interdiction de vol : 5,6 milliard de dollars ont été inscrits en charge comptable.

Cette somme servira à indemniser les compagnies aériennes qui ne peuvent faire voler leur flotte de 737 MAX, ainsi que les fournisseurs dont la production est gelée en attendant le feu vert des autorités aériennes. Par ailleurs, Boeing doit aussi gérer une augmentation des coûts de production de l'appareil, puisque le groupe en fabrique moins. Ces 5,6 milliards ne prennent pas en compte les éventuels mois supplémentaires durant lesquels les avions resteront cloués au sol. Le constructeur espère toutefois obtenir l'autorisation de vol au début du dernier trimestre. Mais des analystes estiment qu'il s'agit là d'une fenêtre optimiste.

Du côté des compagnies aériennes, on prend son mal en patience. De grands noms comme United ont tout simplement indiqué qu'ils attendraient le mois de novembre avant de remettre leurs 737 MAX en service. Des observateurs indiquent cependant que le retour de l'avion dans l'espace aérien pourrait attendre l'année prochaine…



Tags : boeing

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook