Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bons résultats pour le constructeur de smartphones Xiaomi





Le 22 Août 2018, par

En livrant les résultats de son deuxième trimestre, Xiaomi a démontré que ses produits (et notamment ses smartphones) rencontrent le succès auprès d'une clientèle adepte des prix serrés.


Le constructeur chinois a ainsi annoncé un chiffre d'affaires de 5,7 milliards d'euros pour le deuxième trimestre. Un résultat en forte progression par rapport à la même période de l'an dernier : +70% ! Preuve, s'il en est, que la promesse de l'entreprise de ne pas dépasser une marge opérationnelle de 5% n'est pas tombée dans l'oreille de sourds : les clients se bousculent pour acquérir les appareils fabriqués par l'entreprise, vendus à prix très serré. Notamment en France, où la marque a fait son apparition avant l'été.

De fait, pour celui qui recherche un smartphone complet et puissant avec un petit budget, les solutions de Xiaomi couvrent la plupart des besoins sans avoir à se ruiner. À l'heure où Apple ou Samsung proposent des téléphones à plus de 1 000 euros, c'est louable, et Xiaomi n'est pas le seul sur ce segment de marché : ils sont nombreux les constructeurs à batailler sur l'entrée de gamme. Malgré une marge réduite, Xiaomi parvient même à trouver la rentabilité, avec un bénéfice de 1,8 milliard d'euros au deuxième trimestre.

Mais ces bons chiffres ne font toujours pas le bonheur des milieux financiers, qui s'interrogent toujours sur le business model de Xiaomi. Le groupe est coté depuis début juillet, mais l'action fait du yo-yo et elle tourne toujours autour de son prix d'introduction (17 $). Xiaomi cherche à gagner de l'argent sur les services et de fait, l'entreprise en propose toute une batterie (musique, vidéos, paiement mobile…). Ils ne pèsent toutefois que 10% dans les revenus de la société, sans vraiment augmenter.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Xiaomi


1.Posté par imad rabii le 27/08/2018 18:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook