Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bonus au nouveau patron de Sanofi : syndicats et ministres choqués





Le 23 Février 2015, par

Les réactions ont été vives ce lundi 23 février 2015 à la suite de la découverte du montant du bonus que le groupe pharmaceutique Sanofi a accordé à son futur patron nominé après le licenciement de Chris Viehbacher en octobre 2014. Un bonus de 4 millions d'euros qui choque les syndicats, bien entendu, mais également deux ministres.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
4 millions d'euros de bonus de "bienvenue" et plus ou moins la même somme entre salaire fixe et rémunération variable. Soit un maximum de 8,2 millions d'euros pour la première année de fonction : voilà ce que Sanofi a promis à Olivier Brandicourt, nommé nouveau patron du groupe, pour le débaucher de chez son rival Bayer.

Mais si le "golden hello" ou "golden handshake", les bonus accordés aux grands dirigeants d'entreprise, sont monnaie courante aux Etats-Unis, en France ils sont mal digérés. Autant par les pouvoirs publics que par les syndicats. Mais en comparaison de certains bonus, comme le bonus de 50 millions de dollars qu'Apple a accordé à Angela Ahrendts en 2014 pour la débaucher de chez Burberry, les 4 millions accordés par Sanofi semblent presque dérisoires.

Ce n'est pas l'avis de Stéphane Le foll, ministre de l'agriculture, ou de Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie. Ils se sont tous deux exprimés ce lundi 23 février 2015 à l'antenne de RTL et BFMTV respectivement avec un jugement semblable : le bonus est "indécent" et "incompatible" voire amoral.

Du côté des syndicats, mais c'est moins étonnant, cette somme d'argent fait également jaser. Stéphane Galiné de la CFDT juge ce bonus "choquant" tandis que Thierry Bordin de la CGT l'estime "scandaleux au regard de ce que vivent les salariés et chômeurs dans ce pays".

Les syndicats attendent donc beaucoup du nouveau patron de Sanofi puisque le groupe a supprimé 5 000 emplois en six ans et qu'il a reçu 150 millions d'euros en crédit d'impôt en 2013. Olivier Brandicourt devra bien jouer ses cartes auprès des syndicats s'il veut faire passer la pilule.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook