Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bonus au nouveau patron de Sanofi : syndicats et ministres choqués





Le 23 Février 2015, par

Les réactions ont été vives ce lundi 23 février 2015 à la suite de la découverte du montant du bonus que le groupe pharmaceutique Sanofi a accordé à son futur patron nominé après le licenciement de Chris Viehbacher en octobre 2014. Un bonus de 4 millions d'euros qui choque les syndicats, bien entendu, mais également deux ministres.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
4 millions d'euros de bonus de "bienvenue" et plus ou moins la même somme entre salaire fixe et rémunération variable. Soit un maximum de 8,2 millions d'euros pour la première année de fonction : voilà ce que Sanofi a promis à Olivier Brandicourt, nommé nouveau patron du groupe, pour le débaucher de chez son rival Bayer.

Mais si le "golden hello" ou "golden handshake", les bonus accordés aux grands dirigeants d'entreprise, sont monnaie courante aux Etats-Unis, en France ils sont mal digérés. Autant par les pouvoirs publics que par les syndicats. Mais en comparaison de certains bonus, comme le bonus de 50 millions de dollars qu'Apple a accordé à Angela Ahrendts en 2014 pour la débaucher de chez Burberry, les 4 millions accordés par Sanofi semblent presque dérisoires.

Ce n'est pas l'avis de Stéphane Le foll, ministre de l'agriculture, ou de Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie. Ils se sont tous deux exprimés ce lundi 23 février 2015 à l'antenne de RTL et BFMTV respectivement avec un jugement semblable : le bonus est "indécent" et "incompatible" voire amoral.

Du côté des syndicats, mais c'est moins étonnant, cette somme d'argent fait également jaser. Stéphane Galiné de la CFDT juge ce bonus "choquant" tandis que Thierry Bordin de la CGT l'estime "scandaleux au regard de ce que vivent les salariés et chômeurs dans ce pays".

Les syndicats attendent donc beaucoup du nouveau patron de Sanofi puisque le groupe a supprimé 5 000 emplois en six ans et qu'il a reçu 150 millions d'euros en crédit d'impôt en 2013. Olivier Brandicourt devra bien jouer ses cartes auprès des syndicats s'il veut faire passer la pilule.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook