Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Boris Johnson ne veut pas payer la facture du Brexit





Le 9 Juin 2019, par

Les relations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni risquent de se tendre un peu plus si d’aventure Boris Johnson prenait la suite de Theresa May.


L’ex-maire de Londres, et actuel favori dans la succession de Theresa May, entend bien faire du chantage à l’Union européenne dans le dossier épineux du Brexit. S’il devenait Premier ministre, pas question pour Londres de verser la facture du divorce, à moins que Bruxelles accepte de meilleures conditions. Dans un entretien au Sunday Times, Boris Johnson explique : « Nos amis et partenaires doivent comprendre que l'argent sera conservé jusqu'à ce que nous ayons plus de clarté sur le chemin à prendre ». Une déclaration qui fera froncer bien des sourcils du côté de l’UE, qui estimait réglée cette question depuis longtemps.

 

Le Royaume-Uni s’est en effet engagé à régler les engagements pris par le pays dans le cadre du budget européen sur la période 2014-2020. Les deux parties se sont entendues sur la méthode de calcul, pas sur le montant : Londres a évoqué une facture comprise entre 40 et 45 milliards d’euros. Mais cette disposition inscrite dans l’accord négocié entre l’UE et le gouvernement de Theresa May n’a jamais reçu l’aval du parlement britannique. De fait, il s’agit d’une question toujours en suspens.

 

Le successeur de Theresa May sera connu d’ici la fin du mois de juillet. Ensuite, il lui reviendra de gérer le dossier du Brexit, l’Union ayant accordé un délai jusqu’au 31 octobre pour une sortie ordonnée… ou pas. Boris Johnson, un des principaux artisans du Brexit, veut activer le divorce effectif à cette date, avec ou sans accord. La deuxième solution est la pire, en particulier pour l’économie du Royaume-Uni.



Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook