Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bouygues Telecom supprime 2 000 emplois après avoir refusé une offre de rachat de Free





Le 10 Juin 2014, par

Les syndicats de l’opérateur avaient, en mai 2014, annoncé que le groupe comptait supprimer pas moins de 2 000 emplois pour se restructurer et remonter la pente. Une décision qui survient à la suite de l’échec du rachat de SFR. Désormais, cette suppression d’effectifs est officielle tandis que free et Orange seraient très intéressées par racheter l’opérateur de la famille Bouygues.


cc/Flickr/giiks
cc/Flickr/giiks
Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, aurait, le 28 mai 2014 lors d’une audition devant le Séant, confirmé l’information dévoilée par les syndicats. Entre 1 500 et 2 000 postes devraient être supprimés par l’opérateur. « Nous avons décidé de nous organiser par nous-mêmes pour survivre avec moins de revenus, en réduisant sensiblement la taille de l'entreprise, ce qui aura donc des conséquences sur l'emploi » a déclaré M. Roussat.
 
Cette décision fait directement suite à l’échec du rachat de SFR en avril dernier. Si Bouygues avait obtenu les faveurs de Vivendi, qui vendait son opérateur, le groupe annonçait une garantie sur l’emploi de 3 ans à partir de la signature de la cession. Mais finalement c’est Numericable qui a obtenu gain de cause. Le cablo-opérateur a également fait des garanties sur l’emploi de 3 ans, mais seulement à partir de la fin des négociations exclusives, soit plusieurs mois de moins que Bouygues.
 
Toutefois, une solution alternative pourrait venir du rachat de Bouygues Telecom par l’un des deux autres acteurs des télécoms : Free et Orange. Les deux entreprises seraient en effet intéressées par l’opérateur de la famille Bouygues et, selon des sources, Free aurait même déjà fait une offre informelle à Martin Bouygues.
 
Mais cette offre aurait été refusée car pas assez élevée. Xavier Niel aurait mis sur la table, selon le journal Le Figaro, entre 4 et 5 milliards d’euros alors que Martin Bouygues espère obtenir entre 7 et 8 milliards.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook