Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bouygues prêt à dédommager Vivendi en cas d’échec du rachat de SFR





Le 25 Mars 2014, par

Martin Bouygues ne lâche vraiment pas l’affaire concernant le rachat de SFR à Vivendi. Après avoir augmenté son offre pour la rendre plus attractive que celle de Numericable, et ce malgré l’entrée en négociations exclusives du câblo-opérateur avec Vivendi) voilà qu’il joue une nouvelle carte : celle du dédommagement en cas d’échec du rachat pour raisons concurrentielles.


cc/flickr/ matthewokeefe
cc/flickr/ matthewokeefe
Selon les informations du journal La Tribune et des Echos, Bouygues Telecom aurait rajouté une clause à sa nouvelle offre de rachat de SFR, une offre déjà supérieure de près de 2 milliards d’euros de celle de Numericable. Une clause qui protègerait Vivendi en cas d’échec de la vente.

En effet, l’un des gros problèmes que pourrait rencontrer une fusion entre Bouygues Telecom et SFR est celui de la concurrence. Malgré la signature de l’accord de vente des fréquences à Free, Bouygues Telecom n’est pas à l’abri d’un véto de l’Autorité de la Concurrence car une fusion SFR Bouygues ferait revenir le secteur à une concurrence entre trois opérateurs, contre quatre actuellement (depuis l’arrivée de Free Mobile).

Avec la nouvelle clause, Bouygues s’engage à dédommager Vivendi d’une grosse somme, estimée entre 500 millions d’euros et 1 milliard d’euros selon les indiscrétions des sources proches du dossier, en cas de problèmes pour le rachat liés à des problèmes de concurrence.

Un nouveau rebondissement dans le dossier de la vente SFR qui pourrait bien faire tourner la roue en faveur de Bouygues. Car, selon des sources proches de Vivendi, si le groupe n’a pas le droit de jeter actuellement un œil à l’offre de Bouygues à cause de la période de négociations exclusives avec Numericable, Vivendi ne devrait rien signer avec le câblo-opérateur avant la fin de cette période afin d’examiner l’offre de Bouygues qui, avec cette nouvelle clause, est devenue encore plus intéressante.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook