Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brésil : Dilma Rousseff officiellement destituée





Le 31 Août 2016, par

Pour Dilma Rousseff, c’en est désormais terminé pour la présidence du Brésil. Les sénateurs brésiliens ont voté ce mercredi 31 août la destitution de la présidente du pays.


Dilma Rousseff avait été suspendue de son poste le 12 mai, mais il fallait encore que le Sénat brésilien vote la destitution : elle est désormais acquise, à 61 voix contre 20. L’ex présidente a été rendue coupable de « crime de responsabilité » : l’ampleur du déficit du pays aurait été masqué grâce au maquillage des comptes publics. Par ailleurs, Dilma Rousseff aurait aussi autorisé des dépenses sans le feu vert du Parlement.

La procédure de destitution reste toutefois très contestée. Rousseff, qui a remplacé Lula en 2010, a même évoqué un « coup d’État ». Son successeur jusqu’en 2018, Michel Temer, est lui aussi très impopulaire en raison des soupçons qui pèsent dans plusieurs scandales de corruption autour du groupe Petrobras.

Cette atmosphère délétère a des répercussions dans la rue. De nombreuses manifestations, parfois violentes, ont eu lieu et se sont poursuivies y compris durant les Jeux olympiques de Rio. Dilma Rousseff conserve néanmoins ses droits civiques.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : brésil

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook