Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : 150 milliards d'euros d'actifs relocalisés en France





Le 9 Octobre 2020, par François Lapierre

La France va profiter du Brexit, au détriment du Royaume-Uni. La Banque de France estime en effet que le montant des actifs relocalisés dans l'Hexagone s'établira à 150 milliards d'euros d'ici la fin l'année.


Fuite des actifs

Jackpot pour la France, soupe à la grimace pour le Royaume-Uni. Le rapatriement d'actifs de ce côté-ci de la Manche va représenter 150 milliards d'euros d'ici la fin 2020, a expliqué François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, lors d'une intervention durant le forum de Paris Europlace. En cause, le Brexit bien sûr. Pour calculer son estimation, l'institution a pris en compte les actifs de groupes français en provenance de leurs succursales au Royaume-Uni, ainsi que ceux de 43 entreprises et entités ayant obtenu l'autorisation d'assurer la continuité de leurs activités en France.

De plus 31 entités, principalement des sociétés d'investissement, ont fait une demande d'agrément en France et leurs projets sont actuellement examinés par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution en charge de la régulation des secteurs de la banque et des assurances. François Villeroy de Galhau a aussi prévenu les entreprises de paiement, de monnaie électronique et d'investissements à procéder le plus rapidement possible au processus de transfert, au risque sinon de se retrouver prises au dépourvu en janvier prochain.

L'inquiétude pour les chambres de compensation

Le gouverneur tire aussi la sonnette d'alarme concernant les chambres de compensation basées à Londres et qui peuvent continuer à opérer sur les marchés financiers européens jusqu'au 30 juin 2022. « Compte tenu de la taille et de la concentration de certains de ces services de compensation, miser sur un statu quo ne serait pas un pari gagnant ». Là aussi, les opérateurs devraient s'inquiéter d'une relocalisation rapide en Europe, qui serait « dans l'intérêt de tous les participants ».

Les risques systémiques que font peser ces chambres de compensation sont un danger pour la stabilité financière du reste de l'Union européenne. La relocalisation de cette activité permettrait aussi à l'Europe d'améliorer son attractivité et serait de nature à « favoriser l'émergence d'un nouveau 'pool' de liquidité ». Quitte à continuer de déshabiller le Royaume-Uni. Les négociations pour un accord commercial sont toujours aussi difficiles entre Londres et Bruxelles, ce qui pourrait pousser de nombreuses entreprises à s'interroger sur une implantation européenne.



Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook