Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : la perspective de l'absence d'accord se précise





Le 5 Août 2018, par

Le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sera effectif le 29 mars 2019. D'ici là, les deux parties négocient pour tenter de trouver un accord commercial, mais l'échéance approche et rien ne dit que Londres et Bruxelles trouveront un terrain d'entente.


Car si accord commercial il doit y avoir, il faudra qu'il soit trouvé avant le mois d'octobre, afin de laisser aux différentes parties le temps d'avaliser le projet. Or, on n'en prend manifestement pas le chemin. Liam Fox, le ministre britannique du Commerce international, estime que la perspective d'un Brexit sans accord gagnait du terrain ; il l'évalue même à « 60/40 », en rejetant la faute sur l'Union européenne et « l'intransigeance de la Commission » qui « nous pousse vers une sortie sans accord ».

Dans cet entretien accordé au Sunday Times, le ministre estime que Bruxelles se soucie plus d'« obsessions théologiques » que du « bien être économique des Européens ». Liam Fox reproche notamment à Michel Barnier, le négociateur en chef de l'UE, de rejeter les propositions britanniques au prétexte qu'elles n'auraient jamais été mises en place auparavant. Le plan de Chequers, sur le quel se base le gouvernement britannique pour négocier avec l'Union, prévoit la création d'une zone de libre-échange avec le Royaume-Uni pour les biens et les produits agricoles.

Mais Michel Barnier a repoussé un mécanisme concernant la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord, une des principales difficultés des termes du divorce entre les deux parties. Malgré tout, ce plan de Chequers continue de provoquer des désaccords au sein même du gouvernement britannique. Dans ces conditions, c'est surtout vers Londres que la faute devrait être rejetée…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook