Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Brexit : négociations ultimes pour trouver un accord commercial





Le 5 Octobre 2020, par La rédaction

Le Premier ministre britannique Boris Johnson et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, appellent leurs négociateurs à trouver un terrain d'entente sur l'accord commercial post-Brexit.


Londres veut des compromis

L'Union européenne a de nombreux dossiers urgents à traiter : la situation avec la Turquie qui inquiète notamment à Paris, les manifestations pro-démocratiques en Biélorussie, la réponse à apporter à la crise sanitaire et économique… Et le Brexit qui est passé au second plan, du moins à Bruxelles. Il faudra pourtant boucler ce dossier alors que la période de transition s'achèvera en fin d'année, avec ou sans accord commercial entre l'Union et le Royaume-Uni. C'est là que le bât blesse : les deux parties ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente sur plusieurs domaines. La neuvième session des négociations entre le négociateur européen Michel Barnier et son homologue britannique David Frost s'est achevée sur un constat d'échec.

Or, il reste très peu de temps pour se mettre d'accord sur un accord commercial entre les deux économies. La date butoir est en effet fixée au 15 octobre (pour Londres) ou à la fin du mois (pour Bruxelles). Il faut en effet laisser le temps à tous les États membres de parapher l'accord avant la fin de la période de transition. Techniquement, le Royaume-Uni a quitté le bloc UE le 31 janvier dernier, mais le pays continue d'appliquer les règles communes jusqu'au 31 décembre. Le gouvernement britannique a refusé de demander une prolongation des négociations, tout en exigeant des compromis que l'UE n'est pas disposée à accéder.

Bruxelles reste ferme sur ses positions

En l'absence d'accord commercial, les règles entre les deux zones seraient régies par celles de l'organisation mondiale du commerce bien moins intéressantes pour les partenaires de Londres… Et surtout pour le Royaume-Uni. De nombreuses entreprises ont prévenu des difficultés qu'elles rencontreraient en cas de retour des douanes aux frontières.

Afin de donner un coup de turbo aux négociations difficiles qui achoppent en particulier dans le domaine des eaux de pêche, de la réglementation et de la gouvernance, Boris Johnson et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, se sont entretenus pour donner à leurs chefs négociateurs respectifs, l'instruction de « travailler intensément de manière à essayer de combler les divergences ». Cela ne signifie pas qu'un accord va être trouvé dans les prochains jours, mais que le temps presse pour un terrain d'entente. Mais est-ce encore possible alors que des divergences demeurent aussi profondes ?



Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »













Rss
Twitter
Facebook