Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bruno Le Maire estime que l'euro "n'a jamais été aussi menacé"





Le 21 Mai 2019, par Marie-Eve Wilson-Jamin

Bruno Le Maire, a estimé, lors d'une rencontre avec des journalistes de la presse diplomatique, mardi 21 mai, que l'euro « n'a jamais été aussi menacé ». Le ministre français de l'Economie a notamment évoqué une possible crise économique mais aussi la montée des nationalistes.


Un risque de crise économique menace l'euro

Selon le ministre de l'Économie, le risque de crise économique et les partis populistes font courir un risque majeur à la monnaie unique. Voilà en substance ce qu'il a déclaré mardi 21 mai. Il estime ainsi que l'euro "n'a jamais été aussi menacé" à cause du risque de crise économique lié aux guerres commerciales et des dirigeants européens qui souhaitent la fin de la monnaie unique.

"Il y a ceux qui considèrent comme moi que l'euro est désormais menacé. Il n'a jamais été aussi menacé", a déclaré Bruno Le Maire lors d'une rencontre avec des journalistes de la presse diplomatique, mentionnant aussi "le risque de surévaluation des actifs et de retour d'une crise financière".

Quid de la pérennité de la monnaie unique ?

Pour rappel, l'euro fête en 2019 ses vingt ans d'existence et là aussi le risque est grand puisque la pérennité de l'euro est aussi mise en danger, dans un contexte où la zone euro souffre d'une croissance faible comparée à celle des États-Unis. Le dollar est donc de plus en plus puissant par rapport à la monnaie unique. Et à moins d'une semaine des Européennes, l'occasion était trop belle : le ministre a ainsi évoqué les derniers sondages qui montrent la possibilité d'une poussée des nationalistes d'extrême droite au Parlement européen.

Bruno  Le Maire a donc aussi parler d'une menace du vote pour ces dirigeants européens qui souhaitent la fin de la monnaie unique : "Mais notre monnaie commune est surtout menacée politiquement puisque désormais beaucoup de leaders européens ne se cachent pas de vouloir la disparition de l'euro", a-t-il souligné. "Alors ils n'en font plus un élément de leur programme mais j'ai écouté attentivement les déclarations de Matteo Salvini (vice-Premier ministre et chef de l'extrême droite italienne) à Rome. Il dit 'voilà l'euro va mourir de sa belle mort'. Ce n'est pas ce qu'on appelle un soutien très puissant à notre monnaie commune", a relevé Bruno Le Maire.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook