Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bruno Le Maire veut une taxe GAFA européenne





Le 14 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

La France veut une taxe sur le numérique au niveau européen, si les discussions au sein de l'OCDE ne donnaient aucun résultat. Bruno Le Maire fait pression sur ses homologues européens.


Blocage des États-Unis

En ouverture de la réunion des ministres des Finances de l'Union européenne qui s'est tenue à Berlin, Bruno Le Maire a annoncé que la France voulait l'adoption d'une taxe sur les multinationales du numérique au niveau européen durant le premier semestre 2021. Mais seulement si les discussions à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) n'aboutissaient pas. En début d'année, 137 pays se sont mis d'accord pour négocier un accord sur une meilleure taxation des grands groupes internet qui parviennent à échapper légalement à l'impôt. Ces discussions se poursuivent jusqu'à la fin de l'année, mais les États-Unis freinent des quatre fers. Il faut dire que la plupart des entreprises qui seront taxées sont américaines : Google, Amazon, Apple, Facebook…

« S'il s'avère impossible de parvenir à un consensus d'ici la fin de l'année au niveau de l'OCDE », a annoncé le ministre français de l'Économie, « nous devrons disposer au début de l'année prochaine, en 2021, d'une solution européenne pour une taxation numérique ». Selon lui, les seuls gagnants de la crise économique sont les GAFA. Ces grands groupes ont su tirer leur épingle du jeu, contrairement au reste de l'économie mondiale qui a plongé.

L'Allemagne optimiste

Cette exigence française d'imposer une taxe GAFA à l'ensemble de l'Union européenne est « une nouvelle raison d'accélérer le travail que nous avons au sein de l'OCDE pour avoir un impôt numérique équitable, mais aussi pour mettre en place un impôt minimum sur les sociétés », a encore souligné le locataire de Bercy. Paris pourrait se heurter à des difficultés : les Pays-Bas, le Luxembourg et l'Irlande sont des paradis fiscaux pour ces entreprises, leur fiscalité très avantageuse permet en effet aux GAFA d'éviter l'impôt.

Ce nouveau coup de pression de la France pourrait effectivement pousser l'OCDE à trouver une solution. L'Allemagne se dit ainsi « assez confiante » dans le fait que les États-Unis reviendrait autour de la table des négociations cet automne. Peut-être que Berlin mise sur un changement de tête à la Maison Blanche pour obtenir un accord de principe avec Washington.



Tags : taxe gafa

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook