Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bruxelles propose de sortir la France de la procédure de déficit excessif





Le 24 Mai 2018, par

L'an dernier, la France est finalement parvenue à descendre sous le seuil fatidique du déficit public à 3% du PIB. Une nécessité pour retrouver de la crédibilité sur le plan européen.


Depuis 2009, la France est plongée dans la procédure de déficit excessif de l'Union européenne. Même s'il existe un arsenal de sanctions prévu par l'UE, il n'a jamais été mis en branle contre l'Hexagone… Néanmoins, la voix de Paris est quelque peu démonétisée sur la scène européenne, en particulier vis à vis des partenaires allemands. Or, le projet européen d'Emmanuel Macron importe que la France retrouve de la crédibilité, et en particulier budgétaire. En basculant sous le seuil des 3% de déficit public, et en y demeurant, la France devrait finalement retrouver tout son poids dans le débat public européen.

La Commission européenne a ce mercredi proposé que la France sortait de la procédure de déficit excessif, ne laissant plus au passage que l'Espagne qui y reste toujours plongée. La proposition doit encore être validée par les ministres des Finances de l'Union européenne, pour une sortie effective programmée en juillet. Cela ressemble à une formalité : le déficit public français s'établit en effet à 2,6% pour 2017 ; selon les prévisions économiques de Bruxelles, la France devrait afficher un déficit public à 2,3% pour 2018, et 2,8% pour l'année prochaine. Trois exercices budgétaires dans les clous de l'Union : a priori, aucun souci pour sortir de la procédure…

Bruno Le Maire n'a pas attendu cette proposition pour se féliciter de la bonne tenue des comptes français. Début mai, il déclarait que c'était une « bonne nouvelle pour tous les Français » car cela signifiait que « nous assainissons les comptes publics ». Le ministre de l'Économie prévenait tout de même qu'il ne fallait faire preuve « d'aucun triomphalisme ». Maintenant, il va falloir tenir ce cap.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Europe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook