Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Burberry ne brûlera plus ses invendus





Le 7 Septembre 2018, par Paul Malo

Fini le gaspillage choquant au pays du luxe : Burberry annonce renoncer immédiatement à détruire vêtements et cosmétiques invendus. Question d'image !


30 millions d'euros partis en fumée en 2017

Les temps changent, et les marques, notamment de luxe, ne peuvent plus se permettre de conserver certaines pratiques de jadis. C’est sans doute pour cette raison que la marque de luxe britannique Burberry a annoncé dans un communiqué, le jeudi 6 septembre, qu’elle mettait fin à la pratique consistant à détruire ses produits invendus. La marque en a également profité pour annoncer qu’elle n’utiliserait plus de fourrure dans ses collections.

En effet, le fait de détruire les produits au lieu de les solder permet, dans le milieu du luxe, à la fois d’éviter une dépréciation des produits et de combattre la contrefaçon. Dans son rapport annuel publié l’été dernier. Burberry précisait avoir détruit en 2017 pour 30 millions d’euros de marchandises. Mais, désormais, la marque dit vouloir «  poursuivre ses efforts pour réutiliser, réparer, donner et recycler les produits qui n'ont pas pu être écoulés. »
 

Changement de cap

Cette annonce constitue un véritable changement de cap pour la maison de luxe. Il faut dire qu’un nouveau directeur général, Marco Gobbetti, a rejoint la marque à l’été 2017. Alors que l’annonce de la destruction de tant de marchandises avait choqué l’opinion publique l’an passé, « le luxe moderne veut dire être responsable socialement et vis-à-vis de l'environnement », a déclaré  Marco Gobbetti.

Burberry entend désormais renforcer ses positions sur le très haut de gamme et redéployer ses magasins à travers le monde pour reconquérir les parts de marché perdues ces dernières années. En effet, alors que ses consœurs enchaînent les résultats records, l’an dernier, son chiffre d’affaires a reculé de 1%, à 2,7 milliards de livres sterling  (3 milliards d’euros). Par ailleurs, la marque a confirmé qu'elle allait veiller à éliminer progressivement les produits existants contenant de la fourrure au sein de ses collections.

 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook