Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

« C'est le bordel » : le coup de gueule de Michel-Edouard Leclerc sur les produits non essentiels





Le 4 Novembre 2020, par Olivier Sancerre

Michel-Edouard Leclerc pousse un gros coup de gueule contre le gouvernement et la liste des produits « non essentiels » que la grande distribution doit retirer de ses rayons.


Rayons fermés au public

Suite à l'obligation faite aux petits commerçants de fermer en raison du confinement, le gouvernement a décidé que les grandes surfaces toujours ouvertes se devaient de ne pas vendre les mêmes produits. Une question d'égalité de traitement qui peut s'entendre, mais qui en pratique est difficile à mettre en œuvre. Et surtout, cette décision se révèle quelque peu surréaliste : les images des rayons avec des panneaux d'interdiction ou recouverts de bâches en plastique sont très partagées sur les réseaux sociaux, provoquant l'incompréhension, voire la colère.

« C'est le bordel », résume crûment Michel-Edouard Leclerc dans un billet partagé sur sa page Facebook. « Dans tous les hypers de France, des milliers de produits doivent en 2 jours être retirés des rayons ». Le gouvernement a publié sa liste des produits essentiels mardi matin, avec une tolérance accordée aux grandes surfaces pour qu'elles en interdisent l'accès aux produits non autorisés d'ici… mercredi. Le patron des centres Leclerc adresse ses encouragements à ses équipes, ses adhérents, et aussi à la concurrence : tout le monde va devoir « chambouler, en quelques heures et sur la base d'un décret à l'encre à peine sèche, des centaines de rayons partout en France ».

Liste jugée pas claire

Michel-Edouard Leclerc s'en prend à la forme mais aussi au fond de cette interdiction de vente. « Le gouvernement a décidé que plutôt que de laisser ouvrir d'autres commerçants, la justice passait par la fermeture de nombreux rayons des hypers ! », s'insurge-t-il. Avant de pointer le flou qui règne dans cette fameuse liste des produits autorisés : elle n'est « toujours pas claire, on nous donne un jour pour tout re-ranger (alors que tout marchait selon les règles et sans incidents sanitaires) ».

Les pouvoirs publics ont indiqué que les super et hypermarchés peuvent rester ouverts, mais uniquement pour les activités déjà autorisées. Cela recouvre les raisons de produits alimentaires, de journaux et de papeterie, le matériaux de construction, la quincaillerie, ainsi que les produits de toilette, d'hygiène, d'entretien et les produits de puériculture. Charge désormais aux grandes surfaces de faire le ménage dans leurs allées.



Tags : distribution

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute













Rss
Twitter
Facebook