Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

CLCV s'attaque aux boissons à base de fruits





Le 29 Avril 2021, par Olivier Sancerre

Les allégations « santé » et les appellations sont souvent trompeuses sur les emballages des jus de fruit et autres boissons à base de fruits. La CLCV a mené l'enquête et ce n'est pas brillant.


Du sucre et pas beaucoup de fibres

Les industriels et les distributeurs usent de tactiques marketing pour mettre en valeur leurs boissons à base de fruits, mais dans les faits la majorité d'entre elles ne sont pas à la hauteur des prétentions affichées. L'association de défense des consommateurs Consommation Logement Cadre de vie (CLCV) a étudié la composition de 158 boissons et dénonce ces pratiques. À commencer par une idée bien ancrée : non, un jus de fruit ne remplace pas une des cinq portions de fruits et légumes recommandées par jour. Bien qu'elles contiennent le plus de fruits, ces boissons contiennent en effet en moyenne 10% de sucre.

La CLCV retient également que la majorité des boissons examinées n'affichent pas de bonnes qualités nutritionnelles. Aucune n'atteint le score A (seule l'eau tombe dans cette catégorie). Plus de la moitié (56%) ont un score D, 24% se contentent d'un Nutri-Score C, 14% un score B et 6% une note E. « Ces boissons sont donc à consommer de façon occasionnelle au vu de leurs teneurs en sucre élevées », prévient l'association.

Manque de transparence sur l'étiquette

Beaucoup de jus de fruits qui affichent fièrement sur leur emballage un pamplemousse ou un ananas sont en fait composés majoritairement de jus de pomme ou de raisin. Des fruits moins chers… Mais rien n'indique leur présence sur l'étiquette ! La CLCV demande donc aux industriels et aux distributeurs « plus de transparence sur la composition des boissons ». Tous les fruits présents en quantité importante devraient être indiqués clairement.

Enfin, l'association exige un encadrement des allégations nutritionnelles et autres mentions positives qui fleurissent sur les étiquettes (91% des boissons affichent des allégations « santé » ou « bien-être »). Un jus « 30% moins sucré » contient en fait principalement de l'eau de coco, ou encore un thé glacé « sans colorant » comprend en fait tous les autres types d'additifs. La CLCV demande que les boissons dont le Nutri-Score est D ou E ne puissent plus utiliser ces mentions.



Tags : consommation

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook