Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Cadres : vers une modération salariale





Le 31 Août 2020, par François Lapierre

La crise sanitaire n'a pas épargné l'emploi des cadres. Les entreprises qui mettent la clé sous la porte augmentent le nombre de cadres sur le marché du travail : les perspectives salariales pour certains d'entre eux sont moins bonnes que par le passé.


Des rémunérations moins intéressantes pour les cadres

Les conséquences économiques du coronavirus ne vont pas épargner les cadres. Cette catégorie de salariés, habitués à être chouchoutés par les entreprises dans les dernières années, va devoir apprendre à vivre avec la crise. Du moins pour certains d'entre eux. Les sociétés au bord du dépôt de bilan vont en effet libérer bon nombre de cadres qui vont donc se retrouver sur le marché du travail. Cela va créer un appel d'air qui va permettre aux employeurs de jouer la concurrence et donc, de baisser quelque peu les rémunérations de ces employés. Cette mise en concurrence des talents pourrait faire de l'année 2021 celle de la « modération salariale », selon le mot de Khaled Aboulaïch, directeur général d’Expectra (groupe Randstad).

Plusieurs secteurs affichent ainsi des baisses importantes du nombre d'offres d'emploi sur les douze derniers mois : -49,8% chez les ingénieurs process, -48,8% pour les approvisionneurs, -40,9% pour les techniciens d'essai, -40,2% pour les assistants administration des ventes. Ces chutes spectaculaires des propositions de postes vont sans doute s'amplifier dans les prochains mois, avec les faillites attendues d'ici la fin de l'année. Par conséquent, les cadres qui postuleront pour ces emplois devront s'attendre à des propositions salariales moins généreuses qu'avant.

Malgré tout, des postes toujours très recherchés

Le baromètre Expectra relève aussi que les intentions d'embauche ont reculé de 18,5% sur les six premiers mois de l'année. En revanche, le salaire médian a progressé de 2,3% en moyenne depuis le début de l'année, à 46.846 euros annuels (ou encore 3.903 euros par mois). Les perspectives économiques peu encourageantes des prochains mois pourraient avoir un impact significatif sur la progression des rémunérations des cadres.

Le cabinet indique que certaines qualifications restent très recherchées. C'est le cas des techniciens et ingénieurs de maintenance, où la concurrence entre employeurs demeure forte, ce qui aboutit à des salaires plus intéressants. Les contrôleurs financiers sont également en pénurie : le nombre d'emplois pour ce profil a augmenté de 30% au premier semestre. Les contrôleurs de paie aussi ont la cote en raison notamment de son attractivité jugée trop faible par les plus jeunes.



Tags : cadres

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook