Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Castorama plombe les résultats de sa maison-mère Kingfisher





Le 20 Septembre 2018, par

Quand Castorama tousse en France, c'est tout Kingfisher qui s'enrhume. Le groupe britannique, propriétaire de l'enseigne de bricolage française, a essuyé une forte baisse de son bénéfice net sur les six premiers mois de l'année.


Pour le premier semestre, Kingfisher a annoncé un bénéfice net de 208 millions de livres (234 millions d'euros), un résultat en chute de près de 30% par rapport à l'année dernière sur la même période. Ce sont les difficultés de Castorama et de Brico Dépôt, autre enseigne Kingfisher, qui plombent les performances du groupe britannique, et ce depuis plusieurs trimestres. Pour redresser la barre, l'entreprise a déjà supprimé 409 postes depuis le début de l'année (la comptabilité a ainsi déménagé en Pologne).

Castorama accuse une baisse de ses ventes de 6% sur les six premiers mois de 2018 ; pour Brico Dépôt, la situation est un peu meilleure puisque les ventes progressent de 2,7%. Le tout sur un marché du bricolage qui connait une stabilisation en France. Castorama souffre tout particulièrement par une logistique jugée trop lourde par Kingfisher, ainsi que par une mauvaise gestion des stocks. L'enseigne pratiquerait également des prix plus élevés qu'ailleurs, et puis Castorama n'est pas un champion de la vente en ligne.

Le groupe reconnait que la France est un marché « difficile » pour les deux enseignes. Au Royaume-Uni, ce n'est guère plus reluisant pour B&Q, le principal réseau de Kingfisher, en quelque sorte l'équivalent de Castorama, qui rencontre lui aussi des problèmes. Mais les ventes sont tirées vers le haut par Screwfix, spécialiste de l'équipement domestique pour les professionnels.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bricolage

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook