Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Christian Aghroum, apôtre de l'espoir et du progrès, dans "La grande illusion du monde numérique"





Le 8 Novembre 2018, par Hubert De LANGLE

Les dernières cabines téléphoniques disparaissent. Leur arrêt de mort a été signé fin 2017. Au service public se substitue le recours personnel à un service privé signe des temps et d’une dépendance supplémentaire à nos outils technologiques.
Dans son ouvrage La Grande Illusion du Monde Numérique, Christian AGHROUM, ancien commissaire divisionnaire qui fut le chef du service national de police judiciaire au cœur du travail quotidien des cyberflics met à profit son appétence pour le numérique et son expérience du domaine pour s’interroger sur la capacité de notre monde actuel à vivre à travers de multiples et incessantes évolutions technologiques. Il lance le débat sur notre aptitude à vivre, demain, sans technologies et sur la place de l’homme au sein d’un univers où le progrès technique masque l’absence de réflexion sur le progrès social.


Christian AGHROUM, les scénarii actuels de nombreuses séries télévisées et films tels que Révolution, The Walking Dead ou encore 2012, très appréciés des jeunes générations, les plus connectées, nous proposent tous des dystopies dans lesquelles les protagonistes doivent apprendre à vivre après un cataclysme, sans internet, avec peu de moyens de communication et souvent en l’absence d’organisation politique. Pensez-vous que notre hyper connectivité soit paradoxalement le risque ultime à venir ?

C’est en effet un risque à assumer. Le propos n’est pas tant de s’inquiéter de l’hyper connectivité. Le progrès est en marche, il conduit à mettre en relation des outils communicants dans cette démarche d’internet des objets (IOT : Internet of Things). L’inquiétude s’inscrit dans deux courants principaux :
  • Qui et comment gère-t-on ces données dont une grande partie relève de données personnelles ou contribue à les reconstituer ?
  • Comment saurons-nous vivre un futur non connecté ?
La réponse technique ne suffit pas ! Il convient de repenser la place de l’Homme au sein de ce dispositif. Est-ce vraiment utile, comment gérer cette accumulation de données, en avons-nous réellement besoin ? Qui décide : le citoyen éclairé ou le consommateur contraint ?

Christian Aghroum
Christian Aghroum

Ne faites-vous pas preuve d’un grand pessimisme à l’égard du numérique ? N’est-ce pas plutôt une source d’enrichissement pour tous, un atout quotidien tous domaines confondus ?

Mon propos n’est pas de remettre en question l’apport du progrès dans notre société. Bien au contraire, je suis un homme de progrès. Le numérique, l’Intelligence Artificielle, le recours à des outils permettant de calculer de plus en plus vite permettent d’ouvrir notre esprit facilement sur le bonheur du monde, de faciliter l’accomplissement de rêves inassouvis. Sans ces progrès, la récente démonstration faite par l’École Polytechnique fédérale, de l’Université et du Centre hospitalier de Lausanne[1] de la capacité de patients atteints de paraplégie chronique à remarcher n’aurait pas été possible. Quel espoir, quel progrès !
Les exemples à l’identique sont nombreux. Il n’en reste pas moins nécessaire de réfléchir aux limites éthiques des capacités qu’offre la révolution numérique. Je propose dans mon livre l’examen de quelques situations passées dans lesquelles les dommages collatéraux de nos progrès techniques ont insuffisamment été maîtrisés. Raisonner par analogie permet souvent de mieux anticiper des situations que nous abordons difficilement tant nous sommes juges et parties, acteurs de notre propre Histoire.
 
[1] https://actu.epfl.ch/news/une-neurotechnologie-revolutionnaire-pour-traiter-/



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Entretien avec Ignacio de la Torre : "Nous vivons le début de la fin de « l’argent bon marché » !"

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré
















Rss
Twitter
Facebook