Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Climat : la planète brûle et est au bord du gouffre





Le 20 Mars 2024, par Paolo Garoscio

L'année 2023 a été témoin d'un phénomène sans précédent : selon l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM), nous avons vécu l'année la plus chaude depuis l'ère des relevés météorologiques il y a 174 ans. Le rapport annuel sur l'état du climat global de l'OMM, publié le 19 mars 2024, dresse un bilan très inquiétant pour l’avenir...


Climat : la Terre brûle

L'augmentation de la température moyenne à la surface de la Terre, qui a grimpé à 1,45°C au-dessus des niveaux pré-industriels, n'est qu'une facette de l'urgence climatique. Le rapport souligne également des records dans d'autres domaines, notamment la température des océans, leur acidification, la montée du niveau des mers et la fonte des glaces de l'Antarctique.

Ces changements ont un des effets néfastes sur les populations et l'économie mondiale. Le nombre de personnes souffrant d'insécurité alimentaire a plus que doublé, passant de 149 à 333 millions entre 2019 et 2023. Les catastrophes naturelles exacerbées par le changement climatique, telles que les incendies de forêt au Canada, qui ont consumé 14,9 millions d'hectares, et les ouragans dévastateurs, ont également un coût humain et financier qui ne cesse d’augmenter.

Il faut investir plus dans la transition énergétique

Tout n’est pas perdu, toutefois, et l'OMM pointe une lueur d'espoir : la transition énergétique. La capacité de production d'énergies renouvelables a connu une hausse significative de presque 50% en 2023 par rapport à l'année précédente. Cependant, cette transition requiert des investissements bien plus massifs. Les flux financiers liés au climat, bien qu'ayant presque doublé entre 2019-2020 et 2021-2022 pour atteindre 1.300 milliards de dollars, restent insuffisants.

Pour respecter l'objectif de l'Accord de Paris et maintenir l'augmentation de la température mondiale en dessous de 1,5°C, il est estimé que les investissements doivent être multipliés par six, atteignant 9.000 milliards de dollars d'ici 2030. L'OMM met en garde contre le coût de l'inaction, qui pourrait s'élever à 1.266 billions de dollars sur la période 2025-2100, soit plus de douze fois le PIB mondial actuel.


 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook