Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coaching global et transhumanisme





Le 29 Octobre 2019, par Michel Giffard et Céline Géara Thomas

Le monde change, et change vite. Les courants de pensée se multiplient, allant de la collapsologie au transhumanisme. De l’homme anthropocène à l’humanoïde, qu’adviendra-t-il de notre espèce ?


Nul ne sait prédire cet avenir, et pourtant, dans les entretiens des cabinets des coachs et autres professionnels de la relation d’aide, les solastalgies sont de plus en plus fréquentes.
La solastalgie, ou forme de détresse existentielle, est causée par les grands changements environnementaux. Elle s’invite en consultation dans toutes les tranches de la population, du dirigeant à l’employé en passant par le cadre supérieur, et questionne profondément et de façon existentielle nos métiers.
 
Le coaching professionnel prend ici toute sa puissance.
Tout d’abord, en tant que professionnels de la relation d’aide, les coachs captent ces signaux faibles lors de leurs séances. Ensuite, cette évolution sociétale interroge sur le devenir de nombreux métiers, dont celui de coach.
Quelle posture avoir face à un client solastalgique ? Et si nous pensons l’avenir en collapsologue, quel rôle donner aux métiers de la relation d’aide dans la logique d’un effondrement ? Enfin, si nous sommes plutôt pleins d’espoir et pensons que la science sauvera l’humanité, quelles croisées de chemins entre le coaching, les humains augmentés et les intelligences artificielles ?
 
Imaginons, l’espace d’un instant, un coach professionnel artificiel. C’est un avenir probable, il suffit de regarder la prolifération des applications de coaching, la pleine conscience, la méditation, le bonheur. Ces applications, pour certaines très puissantes, ont un avenir et peuvent déjà parfois s’avérer plus puissantes que certains coachs mal formés. Mais s’agit-il toujours de coaching professionnel ? Et que dire d’un client humanoïde ? Et comment l’accompagner ?
 
Nous, humains, avons quelque chose que les robots n’ont pas, et n’auront je pense jamais, c’est ce que Christophe André appelle « la vie intérieure ». C’est notre flux constant de pensées, d’images, de souvenirs, de projets, de sentiments émotionnels et corporels, cette douce affinité pour des phénomènes impalpables qui peuvent avoir une énorme influence sur nous. Il s’agit du « murmure confus de nos âmes », pour citer le philosophe français André Comte-Sponville.
 
Il y aura donc toujours un espace pour le coach humain, ou partiellement humain, et c’est à cet endroit que nous chercherons l’essentiel de notre posture, le coaching dans sa pureté, à condition que nous sachions et osions coacher avec notre vie intérieure. 
Il y a là tout un champ de recherches à explorer tant du point de vue des postures de coaching que de l’éthique et de la responsabilité sociale.
 
C’est précisément ce que nous avons tenté de décrire dans ce livre : cet art d’accompagner l’autre, avec notre intuition, à mains nues, avec toute notre vie intérieure, et une tendresse inconditionnelle pour l’autre dans son entièreté.
 
 




1.Posté par jean-jacques pluchart le 31/10/2019 10:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
JE CONSEILLE AUX AUTEURS DE LIRE LE LIVRE DE
AP BAHUON et JJ PLUCHART

TRANSFORMATION DES ENTREPRISES
EDS VUIBERT


2.Posté par Sylvain le 01/11/2019 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est intéressant et ça donne envie de le lire, mais ça m'agace de me trouver face à un livre écrit par des Français, présenté au public français... en anglais.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook