Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Combien de Français possèdent une maison ?





Le 18 Octobre 2021, par Paul Malo

Les propos de la ministre Emmanuelle Wargon ont créé la polémique. Mais qui veut, et qui possède, une maison individuelle en France ?


Des recherches de maison en croissance exponentielle

Crédit : PIxabay
Crédit : PIxabay
Les maisons individuelles serait un modèle « obsolète », a récemment déclaré la ministre Emmanuelle Wargon. Mais contrairement à son affirmation, les Français plébiscitent le fait de posséder une maison individuelle. C’est d’ailleurs ce dont rêvent la majorité des Français. Selon PAP, ce désir de posséder une maison s’est très logiquement fortement renforcé au lendemain de la pandémie et des confinement à répétition. En deux ans, les recherches de maisons à vendre ont augmenté de 66% entre mai et septembre, et même de 80% en Île-de-France.

Selon une consultation menée par le ministère du Logement, les Français rêvent d’un habitat individuel, si possible avec un jardin, une terrasse ou un balcon. Pourtant, Emmanuelle Wargon a récemment qualifié les maisons individuelles de « non-sens écologique, économique et social », de « rêve construit pour les Français dans les années 70 ». « Le modèle du pavillon avec jardin n’est pas soutenable et nous mène à une impasse », a ainsi déclaré la ministre, qui possède pourtant elle-même une résidence de 150 m2 aux portes de Paris. Pour autant, au-delà de cette déclaration, l'opposition réelle du gouvernement aux maisons n’est pas nouvelle : il y a deux ans de cela, Julien Denormandie, alors en charge du logement, avait dit assumer le choix politique de décourager la construction de logements individuels pour privilégier la relance des centres-villes en déclin.

Une vision de l'habitat allant à contresens des aspirations des Français

Mais qui possède déjà déjà une maison en France ? En fait, c’est le cas de seulement 57% des propriétaires (58% des Français), si l’on en croit les chiffres de l’Insee. Plus une commune est petite, plus l’habitat individuel y est fréquent, pour grimper à 93% dans les communes rurales, où la place ne manque pas, contrairement aux grandes métropoles et au Grand Paris. « C’est aller à contresens des aspirations des Français que de dénoncer l’habitat individuel comme source de tous les maux », a réagi le Pôle Habitat de la Fédération Français du Bâtiment. Pour Grégory Monod, président du Pôle Habitat FFB, « les réponses aux besoins en logement des Français doivent être trouvées à l’échelle de chaque territoire, c’est-à-dire rechercher le bon équilibre entre aspirations de nos concitoyens, contraintes économiques et réponses aux défis environnementaux ».

« On peine à comprendre les raisons qui poussent à opposer habitat individuel et collectif et à créer les conditions d’une nouvelle spirale inflationniste du coût du logement. Car c’est à la fois affaiblir l’accession à la propriété et l’offre locative privée au détriment des besoins en logements et du parcours résidentiel des ménages, estime le Pôle Habitat FFB. Autre regret à l’heure où le logement collectif s’enlise dans une sévère crise de l’offre : « les premières annonces concernant le durcissement du dispositif Pinel, entre surface minimale par typologie de logement, présence systématique d’un espace extérieur et double exposition à partir du T3 ».


 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook