Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Comment l'Union européenne pourrait-elle gérer l'arrêt des importations du gaz russe ?





Le 8 Avril 2022, par La rédaction

L'Union européenne n'envisage pas de se passer du gaz russe à l'heure actuelle, mais cette éventualité pourrait arriver au vu des exactions de l'armée russe en Ukraine. Les États membres sont-ils prêts à ce choc ?


Le pétrole et le gaz russes dans le collimateur

Le massacre commis à Boutcha par l'armée russe a poussé la Commission européenne à cesser toute importation de charbon provenant de la Russie. Un premier pas vers la fin de l'énergie russe dans l'Union européenne, mais qui en appelle éventuellement d'autres : le pétrole et le gaz pourraient aussi être interdits d'importation. À l'heure actuelle, c'est surtout l'Allemagne qui freine des quatre fers, en particulier pour le gaz dont le pays ne peut pas se passer à court terme.

Mais si jamais l'hypothèse d'un arrêt des importations de gaz russe devait arriver, comment l'Union européenne pourra-t-elle gérer une telle situation ? Sachant que 40% du gaz consommé dans l'UE provient de Russie… Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration d'Engie, a donné une première réponse au micro de Radio Classique.

Reconstituer les stocks

« Ce qu'on dit aux dirigeants européens, c'est que si les importations de gaz russes cessaient, nous serions probablement capables d'en remplacer à peu près la moitié », a expliqué le dirigeant. À très court terme, il faudra compenser cette baisse des importations par une réduction de la consommation, « particulièrement dans les secteurs industriels », ajoute-t-il. Il assure que « l'essentiel de l'effort et de l'ajustement sera fait sur le secteur industriel », qui pèse pour 25% de la consommation de gaz.

Autrement dit, l'impact sur l'économie européenne serait « très significatif ». Néanmoins, cela n'aurait pas lieu immédiatement, plutôt lors du prochain hiver. « Nous arrivons dans la saison d'été en matière gazière, c'est-à-dire celle dans laquelle on reçoit plus de gaz qu'on en consomme et donc on le stocke ». Il s'agit de reconstituer les stocks actuellement afin d'éviter les impacts les plus désastreux si les importations russes devaient cesser.



Tags : gaz

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook