Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Commission européenne : choc économique sans précédent pour la France





Le 6 Mai 2020, par Olivier Sancerre

Le choc du coronavirus sera important pour l'économie française et européenne. Néanmoins, on peut s'attendre à un fort rebond dans l'Hexagone en 2021, selon les prédictions de la Commission européenne.


Lourdes répercussions pour l'économie

Bruxelles a rendu un bilan provisoire des répercussions de la crise sanitaire sur les économies française et européenne. Les conséquences du coronavirus sont terribles : le produit intérieur brut de la France devrait se contracter de 8,2% en 2020. Le déficit public s'établira à 9,9%, un niveau « sans précédent ». Quant à la dette, elle atteindra 116,5% du PIB. Le chômage devrait être relativement contenu grâce au filet social mis en place par le gouvernement : la Commission européenne l'estime à 10,1% cette année. L'impact de l'épidémie va se faire sentir plus durement sur plusieurs secteurs d'activité comme le tourisme, la restauration, les activités de loisirs, le transport ou encore l'hôtellerie.

Le tableau est sombre aussi pour d'autres pays européens : la contraction du PIB devrait ainsi être de 9,7% en Grèce, de 9,5% en Italie et de 9,4% pour l'Espagne, en raison des lourdes difficultés dans le secteur touristique. L'Allemagne, dont l'économie repose en grande partie sur les exportations, verra son PIB reculer de 6,5%. Les Pays-Bas essuieront une contraction de 6,8%.

Fort rebond en 2021

Dans l'ensemble de l'Union européenne, la perte de PIB sera de 7,7% en 2020. Un choc économique sans précédent depuis la grande dépression de 1929, explique Paolo Gentiloni, commissaire européen à l'Économie. La Commission souligne que ce bilan est établi provisoirement, car il est encore très difficile de mesurer la gravité du choc sanitaire sur les économies des États membres. Par ailleurs, la reprise de l'activité est conditionnée à la levée des mesures de confinement et l'importance des services (comme le tourisme) dans chaque économie.

Pour 2021, la situation pourrait être radicalement opposée. La Commission prévoit ainsi une croissance vertigineuse de 7,4% pour la France, le déficit reviendrait à un niveau plus sage de 4%, la dette serait de 111,9%. Le chômage reviendrait sous la barre des 10%, à 9,7%. Ces chiffres sont à prendre avec précaution, ils restent en effet soumis à un « degré élevé d'incertitude », comme le rappelle Bruxelles.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook