Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Concurrence : Renfe fait carton plein avant son lancement en France





Le 10 Juillet 2023, par François Lapierre

Renfe, la compagnie ferroviaire espagnole, lance ses trains à grande vitesse sur le marché français ce 13 juillet. Cet élargissement marque une nouvelle étape dans la concurrence du rail européen. D'autres opérateurs étrangers, dont l'italien Trenitalia et l'allemand Arriva, se positionnent également sur le marché français.


Une concurrence croissante sur le marché français

Renfe a déjà vendu 31.000 billets en France en seulement deux semaines, selon Susana Lozano, responsable internationale de la compagnie. Le premier trajet de la Renfe, Lyon-Barcelone, sera lancé le 13 juillet. À partir du 28 juillet, Renfe circulera également entre Madrid et Marseille, desservant 17 gares en Espagne et en France.

« Le marché français est un marché d'expansion naturel, où nous projetons de nous installer, de grandir et de devenir un opérateur de référence », a déclaré Sonia Araujo, directrice générale de Renfe Viajeros. Les prix de billets sont actuellement de 29 euros pour un trajet entre l'Espagne et Marseille ou Lyon, et de 19 euros entre l'Espagne et Narbonne ou Montpellier. Selon Lozano, Renfe prévoit de proposer « des prix absolument concurrentiels » par rapport au secteur aérien.

Le modèle « open access » et les défis à venir

Cette expansion s'inscrit dans le cadre de la libéralisation du rail souhaitée par Bruxelles, qui vise à accroître la concurrence entre les opérateurs et à faire baisser les prix des billets. Trenitalia a été la première compagnie étrangère à profiter de cette ouverture en proposant une liaison entre Paris et Milan depuis décembre 2021. Un troisième opérateur, Arriva, filiale de l'allemand Deutsche Bahn, a également annoncé son intention de se lancer sur le marché français. La compagnie a déposé un dossier de candidature pour assurer une liaison ferroviaire entre Paris et Groningue, aux Pays-Bas, via Bruxelles et Amsterdam, à partir de l'été 2026.

Le modèle « open access », sans subvention et en concurrence avec les anciens monopoles, impose aux compagnies de fournir le matériel roulant, de recruter des cheminots, de mettre en place un système de vente et d'obtenir des créneaux de circulation pour faire circuler les trains. Cela nécessite une solidité et une expérience certaines, et pourrait annoncer de profonds changements dans le paysage ferroviaire européen. La concurrence accrue sur le marché ferroviaire français pourrait ainsi conduire à une baisse des prix et à une amélioration des services pour les voyageurs.



Tags : Renfe

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook