Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Consommation : le gouvernement écarte une baisse de la TVA





Le 8 Octobre 2020, par La rédaction

Pas question de baisser la TVA en France pour relancer la consommation, a affirmé la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, qui est également revenue sur les défaillances d'entreprises suite à la crise économique.


Les produits de première nécessité déjà à 5,5%

La France ne suivra pas le chemin de l'Allemagne, qui a abaissé temporairement son niveau de TVA afin de redonner un coup de fouet à la consommation. Interrogée sur LCI, Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l'Industrie, a indiqué que le gouvernement n'était pas favorable à une telle mesure, en rappelant que beaucoup de biens de première nécessité sont actuellement taxés à hauteur de 5,5% : « Nous n'avons pas beaucoup de marges de manœuvre. Les personnes vulnérables sur beaucoup de leurs consommations sont déjà à 5,5% », a-t-elle indiqué. L'exécutif n'a pas « beaucoup de marges de manœuvre » au niveau de la TVA.

La ministre a également fait valoir que les précédentes baisses de la TVA n'ont pas donné les résultats escomptés : « On l'a vu dans les baisses de TVA faites à certains moments, on n’a pas l'effet de rebond de consommation espéré ». Agnès Pannier-Runacher a expliqué que la question qui se posait surtout aux consommateurs aujourd'hui, c'était : « Est-ce que je suis confiant, est-ce que je vais consommer ? ». Si la réponse est positive, les consommateurs pourront puiser dans l'épargne de précaution engrangée depuis le mois de mars et le début du confinement. 

Défaillances d'entreprises

Reste à créer les conditions d'une reprise durable de la consommation. La hausse des cas de contamination a poussé le gouvernement à faire fermer les bars à Paris et en petite couronne, la zone étant passée en état d'alerte maximale pour deux semaines. Les incertitudes sont encore nombreuses, ce qui ne poussera pas nécessairement les Français à consommer. Et cela pèse aussi sur l'activité des entreprises, qui ont été nombreuses à mettre la clé sous la porte au premier semestre. Mais Agnès Pannier-Runacher relève que le nombre de défaillances a baissé de 42% entre mars et septembre.

Toutefois, la méfiance est de mise : « le nombre de dossiers monte au niveau des tribunaux de commerce. Cela concerne plutôt des TPE-PME », précise la ministre. « C'est une crise qui touche particulièrement les métiers de la convivialité », retient-elle avant d'expliquer qu'il existe des solutions avant la défaillance : « On peut bloquer les créanciers, on peut discuter, on peut apporter des financements, il faut utiliser ces dispositifs », a-t-elle martelé.



Tags : consommation

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook