Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Contraction de l'économie britannique au deuxième trimestre





Le 10 Août 2019, par

Coup dur pour l'économie britannique : au deuxième trimestre, elle s'est contractée de 0,2%, alors que les économistes s'attendaient à une progression nulle du PIB. La livre s'approche de ses plus bas en deux ans.


Le nouveau Premier ministre britannique, Boris Johnson, aura fort à faire pour relancer la machine économique de son pays qui est entrée en récession au deuxième trimestre : -0,2%. Depuis la fin de l'année 2012, c'est la première fois que le Royaume-Uni accuse une croissance négative. Un chiffre qui tranche singulièrement avec la croissance enregistrée au premier trimestre (+0,5%). Si les économistes avaient parié sur une progression du PIB fixée à 0% entre les mois d'avril à fin juin, ce mauvais chiffre n'est pas pour autant une surprise, tellement le pays se débat dans les incertitudes politiques. Le nouveau locataire du 10, Downing Street semble désormais privilégier une sortie de l'Union européenne sans accord, alors que l'échéance du 31 octobre approche.

Un divorce désordonné qui fait peser de lourds nuages sur l'économie britannique. Mais malgré la confusion qui règne outre-Manche, la situation n'est — pour le moment — pas aussi noire qu'il y parait. En fait, l'économie du pays vit au rythme de soubresauts conjoncturels : si la croissance a été somme toute soutenue durant les trois premiers mois de l'année, c'est parce que les entreprises ont multiplié les stocks. Le Royaume-Uni aurait dû sortir de l'Union européenne le 29 mars, mais finalement la date a été repoussée.

Au deuxième trimestre, ces mêmes entreprises ont écoulé ces stocks, contribuant à réduire l'activité. La production industrielle s'est d'ailleurs contractée de 1,4%. De plus, la consommation des ménages se porte plutôt bien : elle devrait se situer à 1,7% en 2019, grâce notamment à un taux de chômage au plus bas depuis 44 ans (3,7%).


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : Brexit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook