Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coronavirus : Emmanuel Macron met la France en confinement





Le 17 Mars 2020, par Paolo Garoscio

Lors de son allocution de lundi 16 mars 2020 à 20 heures, la deuxième en moins d’une semaine et pour la deuxième fois en direct, le président de la République a finalement cédé à la pression des scientifiques et médecins et a déclaré que les Français seraient en confinement à partir de ce mardi 17 mars 2020 à midi et pour une durée de 15 jours minimum.


Un discours paternel, mais autoritaire

Dans le discours du président de la République, le terme « confinement » n’a pas été prononcé. Mais la phrase « nous sommes en guerre » l’a été, elle, six fois. De quoi mettre l’accent sur l’urgence de la situation car, et Emmanuel Macron l’a bien compris puisqu’il a fait la remarque aux Français, la crise du coronavirus était prise un peu trop à la légère. Il a bien fait remarquer que les Français ne s’étaient pas confinés d’eux-mêmes comme demandé par le Premier ministre le samedi 14 mars 2020 lorsqu’il a demandé à ce que la distanciation sociale soit respectée.

C‘est donc sans surprise que le confinement a été annoncé. Un confinement toutefois léger, le gouvernement semble avoir décidé de jouer une nouvelle fois la carte de la prise de conscience nationale.

Obligation de justifier ses déplacements, mais pas de couvre-feu

Depuis midi, donc, les Français sont obligés de justifier leurs déplacements avec une autodéclaration, comme c’est le cas en Italie. L’absence d’autodéclaration ou de justification valable pourra entraîner une amende de 135 euros, bien que le gouvernement ait fait savoir le 17 mars au matin que pour la première journée, aucune amende ne sera donnée.

Le confinement est donc certes obligatoire, mais des libertés subsistent. Le gouvernement pourrait néanmoins décider de durcir le ton si la situation empire ou si les Français ne jouent pas le jeu. Ainsi, un couvre-feu pourrait être décrété (il en était question, mais il n’a pas été annoncé) et les amendes pourraient être augmentées. L’absence de respect des règles pourrait même devenir un délit pénal, comme c’est le cas en Italie.

 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook