Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coronavirus : pas de pénurie chez les distributeurs





Le 2 Mars 2020, par François Lapierre

Quelques ruptures de stock ici et là, des rayons parfois vides, mais pas de pénurie en vue, assurent plusieurs enseignes de la grande distribution qui ont anticipé la demande des consommateurs français inquiets par le coronavirus.


Anticipation des enseignes

Avec un nombre de personnes touchées par le coronavirus qui augmente chaque jour en France, les consommateurs ressentent le besoin de stocker des produits de première nécessité, comme les pâtes, le riz, le savon et des produits d'hygiène. Les enseignes de grande distribution ont été témoin ces derniers jours de la ruée des Français dans leurs rayons, mais surtout dans les Drive, un système qui permet d'éviter le contact avec la foule. Dans certains magasins Auchan, on a constaté lundi 2 mars des rayons dévalisés partout en France, selon un porte-parole de l'AFP. Malgré tout, les stocks ont été anticipés et les consommateurs trouveront les produits dont ils ont besoin. 

Chez Auchan, on explique tout de même que ce type de comportement « totalement irrationnel » peut être source de pénurie : cela perturbe en effet la chaîne d'approvisionnement. Pour ce qui concerne les Drive du groupe nordiste, les chiffres parlent d'eux mêmes : les commandes ont augmenté de l'ordre de 50 à 70%, et même de 100% dans la région de Creil, dans l'Oise, un des foyers de l'épidémie de coronavirus en France.

Les Drive plébiscités par les consommateurs

Durant la semaine du 23 mars, les enseignes n'ont pas constaté d'augmentation particulière de la consommation. Les ventes ont même reculé de 0,4% pour le segment des produits de grande consommation.  En revanche, depuis le début de l'année, les gels hydroalcooliques ont connu une hausse impressionnante de leurs ventes : +91%. La recommandation officielle de se laver souvent les mains va sans doute entraîner des ventes record pour ces produits.

À l'image d'Auchan, les enseignes assurent que leurs stocks sont au rendez-vous. « Il ne faut pas tomber dans la psychose », explique Thierry Cotillard, le patron d'Intermarché, pour qui la mission prioritaire est la distribution de nourriture. Ici et là, des ruptures de stock partielles ont été constatées au sein d'autres distributeurs, mais pas de pénurie.



Tags : coronavirus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook