Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coup de pouce de 300 euros pour les chômeurs de 60 ans





Le 17 Juillet 2015, par Léa Pfeiffer

La «prime transitoire de solidarité» annoncée en mai entre en vigueur ce jeudi. Elle sera perçue par les chômeurs de plus de 60 ans ayant suffisamment cotisé pour la retraite sans avoir l'âge requis pour la prendre.


shutterstock
shutterstock

38 000 personnes concernées

Cette prime mensuelle de 300 euros a pour objectif, selon le ministère du travail, de «répondre aux situations individuelles les plus difficiles.» 
Les modalité sont données dans la publication au Journal Officiel. Cette prime sera donc versée aux demandeurs d'emploi né entre le 1er janvier 1954 et le 31 décembre 1955, et à ceux qui ont atteint les 60 ans. Ces chômeurs doivent déjà bénéficier de l'allocation de solidarité spécifique (ASS) ou du revenu de solidarité active (RSA) mais aussi avoir épuisé les droits à l'indemnisation chômage et avoir suffisamment cotisé pour la retraite mais sans avoir atteint l'âge légal pour la prendre. Cette aide aura un effet rétroactif au 1er juin.  La demande doit en être faite au plus tard le 31 décembre 2017.


La mesure, dont le coût estimé sera de 185,7 millions sur la période 2015-2017, touchera près de 38 000 personnes , a précisé jeudi le ministère du Travail en saluant "une mesure de justice sociale".

Une allocation supprimée en 2011

L'allocation équivalent retraite (AER), qui permettait aux chômeurs âgés de faire la jonction entre fin du chômage et retrait avait été supprimée en 2011. Elle avait ensuite été remplacée partiellement par l'équipe de Jean-Marc Ayrault, en tant qu'allocation transitoire de solidarité (ATS), mais avec des conditions d'éligibilité très strictes.
 

François Rebsamen fait donc l'éloge de sa «prime transitoire de solidarité» en tant qu'une mesure qui permettra de «réparer tous les dégâts faits avant 2012 par la précédente majorité en matière de justice sociale». L'héritage Sarkozy a toujours aussi bon dos pour masquer l'absence de résultat du gouvernement actuel.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook