Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Couvre-feu : les aides supplémentaires pour les entreprises





Le 15 Octobre 2020, par La rédaction

L'annonce par Emmanuel Macron de la mise en place de couvre-feu dans la région parisienne et dans huit métropoles afin d'enrayer les cas de contamination au coronavirus plonge de nombreuses entreprises dans l'inconnu.


Nouveaux dispositifs d'aide

Le gouvernement a décliné jeudi 15 octobre les différents dispositifs d'aide pour les entreprises dont l'activité sera impactée par le couvre-feu décidé par les autorités pour contrer la deuxième vague épidémique. Bruno Le Maire a annoncé que toutes les entreprises de moins de 50 salariés situées dans les zones de couvre-feu pourront demander un coup de main de la part du fonds de solidarité (jusqu'à 1.500 euros si le chiffre d'affaires est divisé par deux). Une mesure qui sera en œuvre tout au long de la période de couvre-feu, jusqu'à six semaines.

Dans le cas particulier des hôtels, des cafés et des restaurants, la somme allouée par le fonds de solidarité peut se monter à 10.000 euros, là aussi si la perte du chiffre d'affaires s'établit à 50 % (c'était 70 % auparavant). Bercy exonère de cotisations sociales et patronales toutes les entreprises subissant une fermeture administrative et ce, jusqu'à la fin de la période du couvre-feu. Les entreprises du secteur de l'hôtellerie-restauration bénéficieront de cette exonération en cas de perte du chiffre d'affaires de 50%.

Prêts directs de l'État

Les pouvoirs publics pourront apporter une aide pour les cotisations salariales, qui pourra se monter à 20 % de la masse salariale. Selon Bruno Le Maire, cela couvre en réalité totalement le poids des charges sociales pour les entreprises concernées. Le ministre de l'Économie a également annoncé la prolongation du dispositif de prêt garanti par l'État (PGE), jusqu'au 30 juin 2021 (au lieu du 31 décembre 2020). Les entreprises qui en ont réellement besoin pourraient obtenir un report du remboursement des prêts pour une année supplémentaire, si la Fédération bancaire française l'autorise.

Quant aux prêts directs octroyés par l'État, ils sont prolongés jusqu'au 30 juin prochain. Ces prêts sont octroyés aux entreprises « les plus en difficulté », de l'argent destiné à celles qui ont sonné « à toutes les portes » sans trouver de solution pour leur situation particulière. Le ministère mettra d'ailleurs en place un numéro de téléphone qui permettra aux chefs d'entreprises concernés d'entrer plus facilement en contact afin de sauver leur société.



Tags : coronavirus

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook