Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Craintes sur l'activité économique en fin d'année





Le 6 Octobre 2020, par François Lapierre

L'élan économique observé en France depuis la fin du confinement pourrait être brisé net par la recrudescence des cas de contamination, prévient l'Insee. L'activité pourrait se dégrader en fin d'année.


La reprise pourrait être brisée net

Alerte rouge sur la reprise. Dans sa dernière note de conjoncture pour le mois d'octobre, l'Insee tire la sonnette d'alarme pour les prévisions économiques de cette fin d'année. « Comme depuis le début de la crise sanitaire, c’est l’évolution de l’épidémie qui devrait en grande partie conditionner celle de l’activité économique des tout prochains mois », explique l'institut des statistiques. Or, cette évolution est surtout négative ces dernières semaines, avec une résurgence de l'épidémie qui a poussé les autorités à placer plusieurs régions en état d'alerte maximale : Paris et la petite couronne, la métropole Aix-Marseille et la Guadeloupe.

Cet état d'alerte a des conséquences très concrètes pour l'économie : les bars sont ainsi fermés pour deux semaines à Paris. Et ces nouvelles restrictions vont réduire l'activité dans plusieurs secteurs de l'économie. L'Insee rapporte que ces restrictions, dont certaines ont commencé le 23 septembre pour certaines régions, ont déjà eu un impact en septembre. Mais c'est le quatrième semestre qui sera surveillé de très près, car les nouvelles risquent de ne pas être très bonnes.

Contraction de l'activité

« Dans un scénario où, au quatrième trimestre, les services les plus affectés (hôtellerie-restauration, services de transport, activités récréatives et de loisirs) reviendraient, après une embellie durant l’été, à leur niveau d'activité de juin dernier et où l’investissement resterait, par attentisme, à un niveau proche de celui du troisième trimestre, la croissance serait nulle en fin d’année », indique la note de conjoncture. C'est un des scénarios optimistes : en cas de durcissement durable des restrictions sanitaires, l'Insee prévoit une contraction du produit intérieur brut pour les trois derniers mois de l'année.

L'institut prévoit un fort rebond du PIB au troisième trimestre : 16%. Pas de quoi compenser les reculs enregistrés au premier et au second trimestre (-5,9% et -13,8%). Malgré les alertes liées à la recrudescence des cas de contaminations, l'Insee n'a pas modifié son estimation pour 2020 : la contraction du PIB cette année devrait s'établit à -9%.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook