Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Créateur d’entreprise, le choix d’une néo-banque comme une évidence.





Le 10 Décembre 2019, par Sogexia

La France se révèle dynamique et la création d’entreprise y est très active. En 2018 l’Insee recensait 691 000 créations d’entreprises soit 17% de plus que l’année précédente. Cette hausse concernait aussi bien les micro-entrepreneurs, avec 27% d’augmentation, que les entreprises individuelles traditionnelles.


Photo pixabay
Photo pixabay
Plusieurs facteurs favorisent l’essor des micros-entreprises sur le marché français. Il faut compter avec le doublement récent du plafond de chiffre d’affaires autorisé qui de 82 000 euros est passé à 170 000 euros rendant ainsi la formule plus attractive. Egalement, il faut compter avec l’effet de la Loi Pacte supprimant l’obligation d’avoir un compte bancaire séparé de son compte personnel en dessous d’un chiffre d’affaires de 10 000 euros.
 
Il reste que la moitié des entreprises ainsi créées disparaissent dans les cinq ans qui suivent leur création. Aussi faut-il encourager les entrepreneurs à veiller à tous les aspects d’une gestion prudente et rigoureuse. Même si cela ne constitue plus une obligation, il reste fortement conseillé de bien séparer son compte personnel de son activité professionnelle. Ainsi, le premier point qui s’ouvre à l’entrepreneur est le choix de sa banque et il n’est pas négligeable. Il faut en effet commencer par réduire au maximum les frais bancaires et les pertes de temps inutiles avec des heures d’ouverture d’agence non pratiques et des conseillers indisponibles.

C’est là souvent l’un des tout premiers freins à l’action d’entreprendre avec également la peur des contraintes comptables et administratives.

Les néo-banques en première ligne

Les banques traditionnelles font face à de multiples défis qui les amènent à réduire leur nombre d’agence et leur personnel. Contraintes de régulation, taux bas, lourdeur structurelle, service de moins en moins qualitatifs … elles ne représentent plus, loin de là, une solution pour le créateur d’entreprise. En finir avec les heures non pratiques d’ouverture d’agence (et surtout de fermeture) et l’indisponibilité du conseiller fugace. Le créateur d’entreprise doit pouvoir gérer son projet efficacement.

Dans sa démarche il a besoin d’un outil digital, souple, rapide et abordable. S’il est préférable de ne pas mélanger compte professionnel et personnel, rien ne s’oppose donc à l’utilisation d’une néo-banque pour démarrer son activité. Bien au contraire.

La néo-banque appelée également banque digitale offre tous les avantages d’une banque traditionnelle sans les inconvénients. Ces établissements se veulent plus accessibles et plus proches de leur clientèle. Leurs services sont mis en place pour simplifier le quotidien des usagers grâce à une application mobile ergonomique, affichant des fonctionnalités utiles pour gérer son budget et ses dépenses au quotidien.

La banque en ligne est en effet, parfaitement dimensionnée pour répondre aux besoins spécifiques de ce public. Nous citerons l’application mobile qui permet à tout moment et en tous lieux de consulter son compte, de réaliser ses opérations, les virements mais aussi les retraits en temps réel. Une fois que l’on a commencé, impossible de revenir aux temps anciens Retraits d’argent, virements, consultation du compte en ligne ! La néo-banque est en phase avec son temps et son public.

Au-delà de ces données pratiques, le coût d’entrée et de gestion du compte sont un facteur clé qui permet à l’entrepreneur de maîtriser son projet, là où les banques traditionnelles sont onéreuses, décevantes et chronophages.

Une offre abondante qui demande réflexion

Ceci dit, l’entrepreneur doit bien choisir sa néo-banque pour s’assurer qu’elle corresponde pleinement à ses besoins.
Les points à prendre en compte sont bien entendu tarifaires mais également relatifs au service proposé. Elles doivent à minima indiquer :
. La création du compte bancaire simplifiée en quelques clics
. La gestion du compte par une application mobile
. La mise à disposition d’un moyen de paiement (Carte)
. Ne pas imposer de condition de ressources, à l’inverse des banques traditionnelles.
. Des services ou aides de gestion complémentaires

Un établissement comme Sogexia par exemple va proposer des avantages non négligeables de service comme l’analyse des dépenses, l’automatisation des notes de frais, jusqu’à 4 cartes Mastercard pour l’entrepreneur et ses employés ainsi que des avantages commerciaux avec des partenaires utiles et porteurs de ristournes financières pour l’exercice de son activité.
On le voit, il n’est pas inintéressant de s’informer avant d’agir.

Franchir le pas

Les obstacles techniques étant aplanis, il ne reste plus qu’à franchir le pas. Le grand changement est possible avec des risques, on l’a vu, qui sont désormais maîtrisables. L’obstacle tient en définitive plus à sa motivation et à sa pleine conscience de l’investissement en temps et en énergie qu’il faudra consacrer à l’aventure. Plus qu’un changement de Banque, c’est bien d’un changement de vie dont il s’agit.

La clé réside donc dans l’envie de créer et de maîtriser par là-même son destin. Sans cette envie chevillée au corps, il est préférable de s’abstenir. L’aventure se transformerait rapidement en chemin semé d’épines et d’embûches. L’échec n’est pas un problème - et doit même être envisagé - du moment que tout a été mis en œuvre pour réussir.

Pour qui s’inquiète, dans un projet de création d’entreprise, de la relation à une banque, on l’a vu la solution existe. Les freins liés aux banques traditionnelles et à la relation souvent conflictuelle et toujours onéreuse qu’elles proposent ont trouvé leur solution.
Ceci dit, la qualité du projet, l’intuition du créateur et la rigueur d’une saine gestion resteront toujours la clé de voûte d’une entreprise qui réussit. Quand il s’agira de financer l’expansion de la petite entreprise, d’autres acteurs pourront intervenir.

Article proposé par Sogexia



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook