Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Crédit immobilier : une nette remontée des taux prévue en 2019





Le 20 Novembre 2018, par Immoz

Les différents spécialistes s’accordent pour prévoir une nette remontée des taux pour le crédit immobilier. Quelles sont les raisons de cette hausse ?


Crédit immobilier : pourquoi les taux commencent-ils à remonter ?
 
Les experts sont formels : après une baisse des taux ces dernières années, qui a favorisé de nombreux achats immobiliers, les taux devraient subir une nette remontée en 2019, bloquant du même coup des projets d’investissement dans la pierre et ralentissant le crédit immobilier. Quelles sont les raisons de cette hausse ?  
 
Des taux de crédit immobilier en nette remontée
 
D’après le Crédit Agricole, les taux OAT (Obligations Assimilables au Trésor) devraient atteindre 1,15 % à la fin de l’année 2018 et 1,55 % en décembre 2019.
 
Rassurons-nous cependant, le Crédit Agricole parle de hausse « très mesurée », les taux ne devraient pas connaître non plus de réel « emballement ». Cette modération est notamment due à la forte concurrence qui existe entre les établissements de prêt, qui font au mieux pour proposer les taux les plus bas possible à leurs adhérents.
 
Ainsi certains organismes restent très intéressants malgré cette conjoncture : si vous envisagez un investissement dans la pierre, trouvez un crédit chez Vousfinancer qui vous permettra, grâce à ses simulateurs bien conçus, de calculer précisément quels sont les montants auxquels vous pouvez prétendre en contractant un emprunt.
 
Les causes de cette remontée
 
Les indicateurs qui permettent de cerner cette tendance sont essentiellement d’ordre macro-économique.
 
  • En premier lieu, selon Olivier Eluère, économiste au Crédit Agricole reconnu pour son expertise sur les questions immobilières et intervenant régulièrement pour donner son opinion dans les médias, il faut anticiper une remontée graduelle des taux d’emprunt d’État (OAT à dix ans).
Or ce sont ces taux qui déterminent le différentiel des mandements obligataires, ils donnent donc une indication précise sur les évolutions à prévoir notamment sur les taux de crédit immobilier.
 
  • Ajoutons à cela une évolution de la politique de la BCE ; la Banque Centrale Européenne use en effet de trois leviers pour favoriser ou non les ouvertures de crédit immobilier.
  • La baisse de taux directeur : le taux directeur est le taux de rémunération que les banques touchent en effectuant leur dépôt obligatoire à la BCE. Sa valeur va inciter ou non les banques à prêter de l’argent.
 
  • Le Quantitative Easing : cette manipulation non conventionnelle, c’est-à-dire décorrélée des instruments usuels utilisés par la BCE, consiste à acheter des titres de différents pays sur les marchés financiers, afin d’injecter de la monnaie dans l’économie. Cette manipulation diminue pour les banques les risques de prêt immobilier à long terme.
 
  • Le refinancement : Il s’agit d’injection de nouvelles ressources dans les banques de la BCE.
 
La BCE avait joué sur ces trois leviers jusqu’en 2018 pour faciliter notamment l’accès à l’emprunt immobilier. En revanche il semblerait que pour 2019 elle s’oriente vers une politique plus restrictive et que les banques soient donc dans l’obligation d’augmenter les taux de crédit immobilier.
 
  • Dernière cause à mettre en avant dans cette hausse des taux : une croissance marquée de la zone euro qui a nécessairement un impact sur l’évolution des taux de la BCE et donc sur les hausses de crédit immobilier.

Les conséquences de cette hausse
 
À cette hausse des taux de crédit immobilier, il faut rajouter une légère hausse des prix des habitations à prévoir.
Ces deux leviers cumulés devraient donc aboutir en toute logique à une légère baisse des achats dans l’ancien, qu’il faut donc prévoir pour l’année 2019 : les spécialistes évoquent environ 6 % de repli de volume de transactions.
 
Si vous souhaitez vous renseigner davantage sur les évolutions de crédit immobilier, nous vous invitons à consulter le blog www.immoz.info où vous pourrez obtenir de nombreux renseignements supplémentaires.


Article proposé par Immoz



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook