Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

DAECH : l'arme de la communication dévoilée





Le 17 Mai 2017, par La Rédaction

François-Bernard Huyghe, docteur d’État en sciences politiques, est directeur de recherche à l’IRIS et enseignant au CELSA Paris IV Sorbonne. Spécialiste de l’influence stratégique et médiologue, il répond à nos questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage : « Daech : l’arme de la communication dévoilée », chez VA Editions.


La littérature sur DAECH, le califat, commence à être abondante ; en quoi votre ouvrage est-il inédit et qu’apporte-t-il de nouveau ?

D'avoir analysé des centaines de pages et visionné des dizaines de vidéos de sa propagande internationale : les terroristes disent toujours ce qu'ils vont faire et ils expliquent pourquoi. L'EI, c'est une théologie, une idéologie, une rhétorique (art de convaincre) et même une médiologie (utilisation de supports matériels pour faire passer les idées). D'où l'obligation d'aller à la source : leur discours, leurs images, leurs médias.

Pourquoi DAECH s’est-il porté sur le front de la guerre de l’information ?

Parce que tout terrorisme est une "propagande par le fait" théâtralisée, parce que les partisans de l'EI sont forcément prosélytes (ils veulent convertir tous les hommes) et par ce qu'ils luttent contre des sociétés de l'information dont ils sont souvent issus avec les armes de l'information.

Quelle idéologie véhicule leurs médias ?

Le djihad contre toutes les déviations (y compris les salafistes "quiétistes" qui ne se battent pas contre les mécréants), la hijrah (l'obligation d'aller vivre sous la loi du califat), l'idée que la vraie foi monothéiste est partout persécutée et la promesse de la victoire finale. Mais ils exaltent aussi une utopie du présent (la vie fraternelle et heureuse sous l'autorité d'al Baghdadi au "pays de Cham") et ils promettent aux ennemis les pires supplices dans l'au-delà (après en avoir exécuté face caméra ici-bas).

François-Bernard Huyghe
François-Bernard Huyghe

Comment communiquent-ils, et quel est le niveau de sophistication de leur communication ?

Outre sa façon de transformer la mort en message (celle des adversaires et celles des martyrs), Daech pratique une propagande à deux niveaux :
1) revues multilingues, émissions et vidéos sophistiquées (certaines dans un style très hollywoodien ou jeu vidéo), c'est la propagande centralisée, "un vers tous"
2) propagande "tous vers tous" Web 2.0 : sur les réseaux sociaux, chacun est appelé à commenter, à signaler les liens numériques, à renforcer les liens spirituels, à former et recruter, etc.

Que proposent-ils à ceux qui les rejoignent ?

Une trilogie imbattable : vous gagnerez le Paradis (par la guerre et le martyre), vous vengerez des siècles de persécution de vos frères et nous conquerrons la Terre sous l'autorité du calife car la bataille finale et la fin des temps sont proches.

Les moyens de contrer leur propagande se sont avérés relativement inopérants, pourquoi ? et que pouvons-nous leur opposer ?

Les méthodes de déradicalisation (qui traitent les jihadistes comme des alcooliques ou des cas sociaux en manque d'écoute et du conseil) ou les techniques de contre-discours ("ce n'est pas vrai, ce n'est pas dans le Coran...") sont inefficaces contre des doctrinaires, qui ne croient rien de ce qui vient de source occidentale "mécréante".
Il y aurait des pistes à explorer du côté de la "propagande noire" (faux discours présenté comme venant de l'EI), de l'infiltration et de la perturbation de leurs réseaux en ligne, de l'exploitation de leurs contradictions. Même la parodie et l'ironie peuvent les perturber, en tout cas plus qu'un cours de morale et de démocratie.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"
















Rss
Twitter
Facebook