Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Déficit public : vers un dérapage de 0,4 % ?





Le 29 Juin 2017, par

Emmanuel Macron, nouveau président de la République, est attendu au tournant par Bruxelles et, en particulier, par l’ancien ministre des Finances et actuel Commissaire européen aux Affaires Economiques Pierre Moscovici. Ce dernier a déclaré que si la France n’avait pas un déficit inférieur à 3 % comme le prévoit le Pacte de Stabilité et comme elle s’y est engagée, il infligerait une amende au pays.


Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, toutefois, plusieurs rumeurs circulaient concernant le déficit public de la France en 2017. Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, estimait possible un dérapage de ce même déficit attendu à 2,8 % selon le dernier gouvernement de François Hollande. Il semblerait que plusieurs décisions de ce même gouvernement n’aient pas été budgétisées.

La Cour des Comptes a rendu, jeudi 29 juin 2017, le résultat de son audit sur les comptes publics français et elle donne raison aux craintes du gouvernement d’Edouard Philippe : le déficit public va bien déraper si aucune mesure n’est prise d’ici la fin de l’année. Le dérapage porterait le déficit à 3,2 % fin 2017.

Il manque, au gouvernement, 8 milliards d’euros pour réussir à rester dans les clous du Pacte de Stabilité. Une somme que Bruno Le Maire a déjà prévue de récupérer par le biais de sacrifices demandés aux collectivités locales et au niveau des dépenses sociales. Le but est, bien évidemment, de réussir à rester sous les 3 % afin d’éviter l’amende de Bruxelles qui peut atteindre 4 milliards d’euros… et de permettre à Emmanuel Macron de tenir ses engagements.

Mais si cet objectif est atteignable en 2017 avec quelques sacrifices, la question reste en suspens quant à 2018 : Emmanuel Macron a annoncé plusieurs mesures dont de grosses baisses d’impôts pour les entreprises et la suppression de la taxe d’habitation pour une partie de la population. Rien que cette dernière mesure est estimée à 10 milliards d’euros.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook