Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Des « marges explosives » sur les carburants





Le 10 Mai 2023, par Aurélien Delacroix

L'association de consommateurs CLCV a critiqué l'augmentation des marges des distributeurs de carburants en France, affirmant que ces dernières ont atteint des niveaux record depuis le début de l'année 2023. La ministre de la Transition énergétique a appelé à une baisse plus rapide des prix du carburant.


Des marges trop élevées sur les carburants

Selon l'association de consommateurs CLCV (Consommation, Logement, Cadre de Vie) les prix de l'essence et du gazole sont actuellement surévalués de dix centimes par litre en moyenne. Ce constat est dû à une augmentation significative des marges des distributeurs de carburants qui sont passées de 10,6 centimes en décembre à 29 centimes en avril par litre de gazole. Cette hausse est d'autant plus préoccupante qu'elle intervient après une période durant laquelle les distributeurs ont réduit leurs marges pour atténuer l'impact de l'inflation sur les consommateurs : la hausse de ces derniers mois est donc très sensible. L'année dernière, l'association observait même des marges négatives.

L'association qualifie ces marges actuelles d'« explosives » et juge qu'elles ne sont plus justifiées. Selon elle, les distributeurs ont largement compensé leurs pertes de l'été dernier et il est temps de revenir à des niveaux de marge plus standards. Les marges actuelles se situent à un niveau record de plus de 25 centimes par litre, alors qu'elles étaient en moyenne de 15 centimes entre 2018 et 2021.

Pression gouvernementale croissante pour une baisse des prix à la pompe

De son côté, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a appelé à plusieurs reprises les distributeurs à réduire plus rapidement les prix du carburant. Elle insiste sur le fait que les prix à la pompe devraient refléter le recul des cours du pétrole sur les marchés internationaux, qui sont actuellement en baisse. Cependant, Olivia Grégoire, la ministre déléguée au commerce, a averti contre une simplification excessive de la situation. Elle a souligné que le carburant est souvent un produit d'appel pour les distributeurs, qui le vendent parfois « à prix coûtant ».

L'association CLCV a mis en garde contre le fait que si les marges ne reviennent pas à la normale d'ici le début de l'été, elle pourrait saisir les autorités compétentes. Cette menace survient alors que les cours du pétrole brut fluctuent autour de 70-75 dollars le baril depuis le début du mois de mai, retrouvant des niveaux similaires à ceux d'avant le déclenchement de la guerre en Ukraine en février 2022.



Tags : carburants

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook