Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Des Black blocs aux Yellow Blocks : décryptage par Eric Delbecque





Le 19 Mars 2019, par Nathalie GOURDIN

De l’extrême gauche utopiste à l'ultra gauche violente, plongée dans une France méconnue.


Une vague contestataire s’empare de la France en novembre 2018 : une nouvelle hausse des prix du carburant crée l’étincelle d’un mouvement de ras-le-bol, les gilets jaunes sont dans la rue pour la première fois. De samedi en samedi, ils occupent les ronds-points et les centres des grandes villes afin de manifester leur mécontentement vis-à-vis d’une politique qui ne fait que renforcer le fossé entre les plus riches et les plus pauvres. Ceux qu’on appelle « les classes moyennes » portent-elles à elles-seules le poids financier des ambitions de la France ? Le pays a-t-il oublié ou sacrifié une partie des siens ?
5 mois que la France vit au rythme des samedis « jaunes » ; les rassemblements pacifiques des débuts se durcissent : on assiste à de véritables scènes de guerre civile, de dégradations, d’incendies, des forces de l’ordre prises à partie. Chaque semaine, un cran de violence supplémentaire est atteint et rien ne semble pouvoir l’arrêter. On nous relaie en boucle des images de zone guerre.
 
Les gilets jaunes sont-ils devenus violents ? Ont-ils été infiltrés par d’autres groupes radicaux contestataires entraînés et offensifs, prêts à en découdre avec toute représentation de l’autorité et prônant la fin de l’État ? Le chaos est-il la solution pour qu’émerge un ordre nouveau ? Dans son livre, « les ingouvernables », Eric Delbecque nous plonge au cœur de l’actualité sous l’angle de la gauche des extrêmes, des zadistes de Notre-Dame des Landes aux défenseurs de Sivens en passant par les « black blocs » qui prennent en otage certaines manifestations ou encore les partis surfant sur une idéologie anticapitaliste. Portrait d’une partie méconnue de la France.
 
L’auteur met en perspectives ceux qui veulent apparaître comme des gentils « Robins des bois », protecteurs des libertés face à l’oppression des forces de l’ordre dirigées par un État autoritaire. Qu’elles soient pacifistes ou violentes, ces gauches ont un point commun : le refus de la gouvernance, le peuple pour le peuple dans un mode « concertation » sans figure d’autorité. Certains sont anticapitalistes, d’autres altermondialistes, d’autres encore pour la création de TAZ (de l’anglais : « temporary autonomous zone »)…. Ils défendent la cause animale ou bien sont des activistes de Greenpeace. Quelle place pour les partis traditionnels dits d’extrême gauche ? Toutes ces questions trouveront des réponses dans ce livre.
 
Une vision intéressante, juste et pragmatique permettant de faire la lumière sur ces faits médiatiques initiés par cette « rébellion » extrémiste prête à tout pour imposer, par la violence s’il le faut, ses idées et son idéologie. A mettre dans les mains de toutes personnes désireuses de mieux comprendre la France contemporaine et ses conflits.



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook