Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Des soldes d'été sous le signe de la crise sanitaire





Le 15 Juillet 2020, par Olivier Sancerre

Les soldes d'été ont débuté le 15 juillet. Les commerçants misent beaucoup sur cette période où il leur est autorisé de vendre à perte pour renflouer des caisses mises à mal par le confinement.


Les consommateurs seront-ils au rendez-vous ?

Un rapport de l'Insee publié la semaine dernière dépeignait un sombre tableau pour les commerçants. Au mois d'avril, le volume des ventes a ainsi reculé de 45% dans le commerce de détail non-alimentaire par rapport à avril 2019. C'est la conséquence très visible du confinement, durant lequel les boutiques ont dû fermer pendant des semaines. Dans le même temps, les consommateurs ont appris à épargner (60 milliards d'euros d'après le gouvernement) et… à acheter moins. Une pratique qui pourrait se poursuivre au-delà du déconfinement, craignent les observateurs du secteur.

L'institut des statistiques relève également que la consommation des ménages en biens a baissé de 17% au mois de mars, et de 34% en avril par rapport aux mêmes mois de l'année dernière. La consommation en biens s'est redressée en mai, mais elle demeure inférieure de 8% par rapport à 2019. Avant de reprendre le chemin d'une consommation au niveau d'avant la crise sanitaire, plus de la moitié des Français (56% selon le cabinet BCG) attendent des signaux de reprise forts.

Port du masque obligatoire

C'est pourquoi la période des soldes d'été, repoussée au 15 juillet cette année, revêt une importance stratégique pour les commerçants. L'Alliance du commerce, qui compte dans ses rangs l'Union du grand commerce de centre-ville, la Fédération des enseignes de l'habillement et la Fédération des enseignes de la chaussure, estime qu'il s'agit de la « dernière chance » d'écouler les stocks après une saison particulièrement difficile, explique Yohann Petiot, le directeur général de l'Alliance.

Les commerçants devront mettre en œuvre à partir du 1er août la mesure annoncée par Emmanuel Macron le 14 juillet : le port du masque devient en effet obligatoire dans les lieux clos. De quoi compliquer l'organisation en boutiques : ces mesures « rendent plus difficiles le parcours d'achat des clients et l'organisation en magasin », constate Yohann Petiot. L'Alliance du commerce demandait aux pouvoirs publics d'alléger les mesures sanitaires.



Tags : soldes

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène













Rss
Twitter
Facebook