Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Deux coursiers de Take Eat Easy étaient bien des salariés de l’entreprise





Le 5 Mars 2019, par La Rédaction

Il y avait bien un lien de subornation entre deux coursiers à volé et la société Take Eat Easy, a estimé le conseil des prud’hommes de Paris. Ces coursiers, considérés comme des salariés de l’entreprise, vont pouvoir recevoir des rappels de salaires.


Ces deux coursiers travaillaient pour Take Eat Easy en tant que salariés sous contrat à durée indéterminée, ont jugé les prud’hommes de Paris, conformément à un arrêt de la Cour de cassation remontant au mois de novembre dernier. En janvier, c’était le conseil des prud’hommes de Nice qui s’appuyait sur cette décision pour requalifier des coursiers comme salariés de la même société. Les coursiers de Paris étaient eux aussi des travailleurs indépendants, mais dans les faits le lien qu’ils avaient avec Take Eat Easy était l’équivalent de celui d’employés avec un employeur.

Ils vont percevoir 11 000 euros de rappel de salaires ainsi qu’un rappel de congés payés, 1 700 euros de dommages et intérêts pour rupture abusive, ainsi que 1 000 euros de dommages et intérêts pour retard dans le paiement des congés payés. Des sommes qui leur seront versées non pas par Take Eat Easy, mais par le Régime de garantie des salaires… à moins que cet organisme ne décide de faire appel. L’entreprise originaire de Belgique a en effet fermé ses portes en août 2016. Une centaine de coursiers sont toujours en procédure judiciaire contre Take Eat Easy.

Cette décision intervient dans un contexte de plus en plus difficile pour les plateformes de mise en relation. En début d’année, la cour d’appel de Paris estimait que c’était bien un contrat de travail qui liait un chauffeur à Uber. Une première pour l’entreprise américaine de VTC, qui pourrait changer la nature des relations entre ces sociétés du numérique et les travailleurs indépendants qui en sont la cheville ouvrière.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook