Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Dividendes records pour les actionnaires





Le 14 Mars 2024, par Aurélien Delacroix

Alors que les indices boursiers mondiaux escaladent des sommets vertigineuses depuis le début de l’année, les actionnaires voient leurs dividendes s’embellir encore davantage. Saudi Aramco a ainsi annoncé des dividendes avoisinant les 100 milliards de dollars pour l’année écoulée, une première pour une entreprise cotée.


Des sommets inégalés pour les dividendes

Plus impressionnant encore, le géant pétrolier saoudien envisage de franchir le cap des 120 milliards de dollars en 2024, surpassant ainsi quasiment le double des dividendes distribués par l’ensemble des sociétés du CAC 40 l’année précédente. À l’échelle mondiale, la dynamique est similaire avec des dividendes atteignant un pic historique de 1.660 milliards de dollars en 2023, selon l’étude annuelle de Janus Henderson.

Cette somme devrait s’accroître à 1.720 milliards en 2024. Ce phénomène ne se limite pas aux grandes puissances économiques ; plus de vingt pays ont enregistré des records de distribution de dividendes l’année dernière, incluant la France, l’Allemagne, les États-Unis, mais aussi des pays émergents tels que le Mexique et l’Indonésie. « Les entreprises françaises se sont distinguées par un versement record de 63,2 milliards d’euros à leurs actionnaires en 2023, se positionnant ainsi en tête des contributeurs européens », relève Charles-Henri Herrmann de Janus Henderson.

Généreuse Europe

L’Europe, hors Royaume-Uni, a connu une progression de 17 % de ses dividendes, tandis que le Royaume-Uni a vu ses dividendes décroître de 3,6 %, affecté principalement par le secteur minier. Malgré tout, le continent a affiché plus de 300 milliards de dollars en dividendes, contribuant à 40 % de l’augmentation mondiale qui s’est élevée à 5 % l’année dernière, soutenue par un rebond des versements au Japon.

La fluctuation des cours des matières premières a influencé négativement les dividendes des grandes entreprises minières. En revanche, la hausse des taux d’intérêt a favorisé le secteur bancaire. « Près de la moitié de l’augmentation globale des dividendes provient des banques, qui ne représentent pourtant qu’un sixième du total distribué », souligne Janus Henderson. HSBC s’est illustrée par une augmentation significative de ses dividendes, tandis que le secteur automobile a également vu ses dividendes bondir de près de 25 %.

Au sommet du classement, Microsoft et Apple se détachent avec des dividendes de l’ordre de 20 et 15 milliards de dollars respectivement. Bien que ces montants paraissent colossaux, ils restent modestes au regard de leurs capitalisations boursières exceptionnelles, affichant des rendements en dividendes inférieurs à 0,7 %, contre un ratio avoisinant les 2,5 % pour l’ensemble du CAC 40.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook