Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Donald Trump veut augmenter les taxes sur l'importation automobile





Le 24 Juin 2018, par

Après l'acier et l'aluminium, Donald Trump s'apprête à taxer les importations de voitures européennes sur le sol américain. Un coup dur de plus dans la guerre commerciale entre les États-Unis et l'Europe, qui pourrait frapper plus durement l'Allemagne.


Cette menace pourrait taxer les importations de voitures européennes de 20%, au lieu de 2,5% actuellement. Pas de quoi inquiéter l'industrie automobile française qui vend très peu de ses véhicules aux États-Unis. En revanche, l'Allemagne est en première ligne, en particulier l'industrie automobile pour qui les États-Unis représentent un marché très important : il compte pour un quart des exportations allemandes. Ce sont les constructeurs allemands qui dictent 90% des ventes de voitures haut de gamme aux États-Unis : BMW (Rolls-Royce), Mercedes, Volkswagen (Porsche, Audi...).

Ces groupes allemands produisent pourtant aux États-Unis, où les investissements se comptent en dizaines de milliards de dollars pour des effectifs de plus de 110 000 personnes. Mais sans que cela ne réduise la volonté de Donald Trump de frapper là où ça fait mal. Les constructeurs vont même subir une double peine : d'une part sur les importations de véhicules aux États-Unis, de l'autre de la part de la Chine qui menace de taxer les importations américaines. Des tarifs douaniers qui toucheront les importations de voitures fabriquées aux États-Unis.

Le président américain veut obtenir de l'Europe une baisse des taxes qui pèsent sur les importations de véhicules dans l'Union européenne ; elles sont de 10%. Les groupes automobiles allemands ainsi que le gouvernement du pays n'y trouveraient rien à y redire, mais il faut l'accord de tous les partenaires. Pour l'industrie française, ces taxes permettent de réduire les importations de voitures en provenance de Corée du Sud qui représentent une concurrence forte.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : automobile

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook